La mère de famille de 37 ans, qui a tué deux de ses enfants et gravement blessé l’ainé, a été inculpée jeudi d’assassinat et tentative d’assassinat après une audition de plusieurs heures sur son lit d’hôpital.

À la suite d’une audition qui a duré plusieurs heures et qui a pris fin peu après 16h, la juge d’instruction a décidé d’inculper Julie L. d’assassinat sur le petit Orphée, bientôt 2 ans et sur Cérès, 7 ans. Le chef de tentative d’assassinat sur Thibald, l’ainé, a également été retenu contre Julie L, indique le parquet, confirmant une information de La Nouvelle Gazette

Ce mardi 30 juin, la trentenaire a tué deux de ses enfants et a tenté de tuer l’aîné, âgé de 9 ans. Mais ce dernier, grâce à l’intervention des secours au domicile familial de la rue du Jeu de Balle à Hantes-Wihéries (Erquelinnes), a survécu aux blessures par arme blanche commises par la mère. Le père de famille et mari de l’inculpée a découvert la scène en rentrant à la maison après sa journée de travail.

Selon La Nouvelle Gazette, la mère de famille aurait admis avoir poignardé Cérès et Thibald au rez-de-chaussée de la maison avant d’étouffer le petit Orphée contre elle. Julie L. a tenté ensuite de mettre fin à ses jours en se portant un coup de couteau au cou, se tailladant les veines avant de se plonger dans un bain avec le bébé.

Lors de ses auditions, l’inculpée aurait mentionné que sa fille lui manquait : elle aurait fait référence à une grossesse interrompue avant terme, pour raisons médicales. Julie L. aurait également prononcé des phrases sans équivoques, expliquant avoir voulu mettre fin à ses jours "sans pour autant abandonner ses enfants."

Après l’audition, Julie L. a quitté l’hôpital Marie Curie de Lodelinsart où elle était soignée pour être transférée vers la prison de Bruges : elle y purgera sa détention préventive. Cette dernière comparaîtra lundi devant la chambre du conseil de Charleroi, qui décidera ou non de prolonger son séjour derrière les barreaux en attendant le procès.

Le parquet de Charleroi a décidé d’annuler le point presse initialement prévu ce jeudi et qui avait été reporté vendredi matin. Les déclarations prononcées par l’inculpée n’ont pas été confirmées par la procureur de division.