Une violente agression a été commise ce dimanche matin sur la directrice de la prison de Jamioulx. Le détenu a confectionné une arme artisanale avec une lame de rasoir.

Le pire a été évité ce dimanche matin, au sein de la prison de Jamioulx. Une tentative d’assassinat a eu lieu sur la directrice de l’établissement pénitentiaire. Vers 11h, la police de la zone Germinalt est appelée sur les lieux. Un détenu, né en 1995 et emprisonné plusieurs fois depuis 2014, a porté plusieurs coups à la victime à l’aide d’une arme artisanale. Les faits se sont produits lors d’une comparution dans le cadre d’un rapport de discipline. « Le détenu a fait mine de saluer une tierce personne présente dans la pièce en contournant le bureau et a saisi par le cou la victime », explique Vincent Fiasse, procureur du Roi de Charleroi. La directrice s’est débattue, tentant d’échapper aux coups.

Sept légères entailles

Cette dernière présente sept légères entailles au niveau du cou et du bas du dos. « Elle a été prise en charge directement à la prison et n’a pas dû être hospitalisée. Mais des endroits vitaux ont été visés. » Notamment la carotide, selon nos informations. Fort heureusement, grâce à l’intervention rapide des gardiens, les conséquences ne sont pas dramatiques. « Il faut saluer le courage du gardien intervenu et qui a permis d’éviter le pire », souligne le procureur du Roi. Le gardien a été également blessé, notamment à la main. Tout comme la directrice, il a été pris en charge à la prison.

Condamné à deux reprises

Le jeune détenu, auteur de l’agression, s'appelle Junior Fairon. Il a déjà été condamné à deux reprises à de lourdes peines, notamment pour vols avec violence et prise d’otages. « Il a écopé de 10 ans de prison en 2015 par la Cour d’appel de Liège et a été condamné à 15 ans de prison en septembre dernier par le tribunal correctionnel de Charleroi. » Avec un complice, il avait commis plusieurs tigerkidnappings, notamment dans la région de Seneffe. Il avait menacé de couper les doigts d'un chirurgien pour qu'il révèle où étaient dissimulés ses biens de valeur. Comme cela ne suffisait pas, il s'en était pris à la fillette du médecin.

A la prison de Jamioulx, Junior Fairon a utilisé une arme artisanale confectionnée avec deux morceaux de Plexiglas et d’une lame de rasoir placée au milieu. Le juge d’instruction ainsi que le procureur du Roi se sont rendus sur les lieux en début d’après-midi, dimanche. Les faits ont été qualifiés de tentative d’assassinat pour les coups portés sur la directrice et de coups et blessures volontaires à l’encontre du gardien. « Il sera entendu lundi sur les faits. Actuellement, il a été mis en sécurité dans une cellule et il sera transféré dans une autre prison », précise Vincent Fiasse.

La scène a été filmée par des caméras de surveillance. Les images ont déjà fait l’objet d’un visionnage. « On y voit clairement la violence de l’agression et la détermination du détenu. » Une enquête a été ouverte et confiée à la police fédérale. « Selon les premiers éléments, il y avait bien préméditation. C’est pourquoi la tentative d’assassinat a été retenue », conclut le procureur du Roi.