Des arbres sont contaminés par la "suie de l’érable", un champignon dont les spores peuvent être dangereuses.

Au printemps dernier, on vous rapportait que plusieurs arbres du parc de Parentville à Couillet, récemment racheté par la Province de Hainaut, étaient contaminés par la "suie de l’érable", un champignon dont les spores peuvent être dangereuses si vous avez des problèmes respiratoires. Il fallait donc les abattre, et le site avait été fermé au public jusqu’à ce que ça puisse être le cas.

On s’en souvient, une analyse urgente avait été commandée pour voir s’il n’y avait pas de danger pour les riverains proches du parc. Heureusement, ce n’était pas le cas, à moins de s’approcher des arbres durant la saison de libération des spores.

Et durant ces 11 derniers mois, "les arbres atteints ont fait l’objet d’un suivi scientifique régulier", précise la Province. "Même si les analyses de l’air menés par les laboratoires provinciaux et un consultant extérieur se sont systématiquement avérées négatives, il fallait intervenir dans les meilleurs délais." Ce meilleur délai, c’est la fin de l’hiver. Soit maintenant.

D’abord programmé pour le 17 février, le chantier d’abattage des 150 arbres concernés n’a pas encore pu commencer. "Les tempêtes et un problème administratif sont en cause, nous dit-on. Mais la société Espaces verts masse&fils a été désignée pour intervenir. Les travailleurs seront équipés de tenues de sécurité pour manipuler les arbres, mais il ne faut pas s’inquiéter si on respecte l’interdiction d’accès au site : aucune précaution n’est à prendre."

Les érables contaminés seront abattus, et stockés sur site pour être lavés par la pluie. "Mais au-delà de la maladie, il y aura un nettoyage complet à faire dans les bois. Le site a été non entretenu pendant des années et la forêt est en mauvais état. Il y a aussi du reboisement à effectuer."

Le début du chantier est prévu "incessamment sous peu" et devrait durer au moins un mois et demi. Mais il n’y a, nous rappelle-t-on, toujours aucune raison de s’inquiéter pour les voisins du parc et les riverains proches : il suffit de respecter l’interdiction d’accès au site de Parentville.