Un peu plus tôt, la présidente a donné la parole à l'accusé, lequel a présenté ses excuses à la famille, absente à l'audience: "Je m'en voudrai toute ma vie", a-t-il déclaré.

L'accusé dit avoir été sensibilisé par la tristesse de la famille. "Il ne faut pas hésiter à me déclarer coupable, je m'en suis pris à une femme bien. Mettez-moi une peine à hauteur de ce que demande la famille. La drogue n'est pas une excuse, mais je n'ai pas voulu faire ce que j'ai fait".

Accusé de meurtre, Alexandre Daunno encourt une peine de trente ans. Toutefois, une mise à disposition du tribunal d'application des peines, pour une durée de quinze ans, pourrait être requise par le ministère public, car il est en état de récidive.

En 1998, l'accusé avait été condamné à une peine de vingt ans de réclusion criminelle par la cour d'assises pour un vol avec violence et circonstance de mort. Il avait frappé un SDF avec un vase funéraire.

En 2002, il avait tenté d'assassiner un codétenu au sein de la prison d'Andenne. Une mesure d'internement avait été prononcée à son encontre.

Le 30 août 2019, quatre ans après sa libération, Alexandre Daunno a tué Liliane Malréchauffé sans aucune raison apparente, dans son appartement à Gosselies. Il venait de passer une nuit blanche à consommer de la cocaïne. Il connaissait la victime, car il avait habité dans le même immeuble que celle-ci.

Un arrêt est attendu dans la matinée.