Belgian Airports déplore les "charges incessantes" à l'encontre du management de la part d'"un certain nombre de contreparties", qu'il ne cautionne pas en tant qu'investisseur privé, selon les mots de son administrateur Thierry Hubert. "Belgian Airports SA et ses actionnaires (le groupe italien Save et le Holding communal, en liquidation, NDLR) sont bien conscients que, face à cette crise sanitaire sans précédent, l'aéroport de Charleroi traverse une situation opérationnelle et financière particulièrement difficile et cela au même titre que tous les opérateurs aéroportuaires", indique le seul actionnaire privé de BSCA dans un communiqué.

Le reste de l'actionnariat est en effet public, avec notamment la Société wallonne des aéroports (Sowaer), le fonds d'investissement hennuyer Sambrinvest ou encore la Sabca.

Belgian Airports entend dès lors manifester son soutien à l'équipe de direction et dit regretter "les rumeurs persistantes relatées dans la presse par lesquelles le rôle de Philippe Verdonck serait à risque, ce qui n'est clairement pas le cas!", affirme-t-elle. "Nous gardons une totale confiance dans notre CEO et sommes convaincus qu'il permettra à BSCA de traverser ces temps difficiles de manière à en faire un des aéroports les plus performants en Europe", souligne Belgian Airports.

L'actionnaire privé déplore que des informations relatives à la gestion quotidienne de l'entreprise se retrouvent dans la presse, ce qui est "destructeur", en particulier en ces temps de crise sanitaire et économique, pour un aéroport "affaibli", selon son administrateur Thierry Hubert.