Damien, entraîneur de football, a été condamné par le tribunal correctionnel de Charleroi pour avoir violé Nancy (prénom d’emprunt). Mais il a obtenu une suspension du prononcé pour 5 ans.

La jeune victime traversait une période difficile avec le décès de sa grand-mère. Son coach en a profité pour se rapprocher de l’adolescente, qu’il a admis considérer comme "sa propre fille".

Le 12 juin 2018, l’entraîneur est allé chercher Nancy à son domicile. Les deux personnes sont allées faire un tour en voiture à l’occasion du treizième anniversaire de la jeune joueuse de foot. Damien lui a offert un maillot de foot et l’a emmenée dans son bureau au club. Les choses ont totalement dégénéré et Damien a eu une relation sexuelle avec l’adolescente.

Face au tribunal, le trentenaire a expliqué "regretter amèrement ce qu’il s’était passé". Il a profité de sa comparution pour présenter des excuses à Nancy. Selon la partie civile, l’entraîneur bénévole avait, circonstance aggravante, autorité sur sa victime via sa fonction d’éducateur.

Le 9 octobre dernier, Damien avait sollicité la réouverture des débats : il n’avait pas comparu lors de la première audience en septembre dernier. En son absence, le substitut François Bury avait requis une peine de prison ferme. Mais, constatant sa présence à la seconde audience, le ministère public a alors requis une peine entre 2 ans et 3 ans de prison, sans s’opposer à un sursis probatoire.

Le tribunal correctionnel a accordé au prévenu une suspension probatoire du prononcé de 5 ans. Pour le juge, Damien a fait preuve de regrets face à son comportement et il a signalé vouloir se retirer du monde du football en tant qu’entraîneur, mais également comme futur arbitre : "J’ai réussi une formation, mais je suis prêt à quitter mon poste si on m’y oblige."

Le tribunal a signifié à Damien qu’il lui était interdit de participer à des activités en présence de mineures. S’il contrevient à ces conditions dans les 5 ans, une peine sera prononcée.