L’émission de Bel RTL Tout peut arriver les sauve de cette situation à Charleroi.

En juillet 2018, Frédéric a fait appel à un entrepreneur pour réaliser des travaux d’agrandissement de sa maison. Ayant un espace de vie un peu petit pour lui, sa femme et sa petite fille de trois ans, il souhaitait agrandir la salle à manger. Pour cela, il fallait casser le mur qui donnait sur l’extérieur pour en construire un plus loin, refaire le toit et également casser le mur porteur entre la salle à manger et le salon, pour agrandir la pièce. Il a fait appel à un architecte et un entrepreneur. Le premier trouvé à la suite d’une annonce sur les réseaux sociaux, et le deuxième sur le site web Quefaire.be. Les problèmes ont alors commencé très rapidement.

L’entrepreneur a commencé les travaux au début du mois de juillet 2018. Il a cassé le mur qui donnait sur l’extérieur, ainsi que la toiture. Il a reconstruit un mur sans isolation, et installé une porte alors que le toit n’était pas installé. Vers le 15 juillet, l’entrepreneur a alors déserté le chantier. "On s’est retrouvé avec une pièce sans toit, qu’il fallait traverser pour passer du salon à la cuisine et à la salle de bain. Quand il pleuvait ou neigeait, le carrelage était glissant. Il faisait parfois moins de 14 degrés dans la salle de bain, c’était impossible de se laver dans ces conditions", raconte Frédéric. Il trouva alors un avocat et déposa une plainte.

Outre le fait que la famille se retrouvait sans toit, l’entrepreneur a également fait plusieurs erreurs. "Il a cassé le carrelage qui était en parfait état lorsqu’il a détruit le mur. Le mur qu’il a reconstruit n’a pas d’isolation, nous devons maintenant la mettre de l’intérieur. Il a installé une porte avant d’avoir terminé le gros œuvre, une porte qui n’est même pas aux bonnes dimensions."

C’est alors que sa femme eut l’idée de contacter Bel RTL pour l’émission Tout peut arriver, en décembre 2018. "J’ai donc téléphoné mais je n’y croyais pas. J’ai expliqué la situation, et après quelque temps, je suis passé à la radio pour raconter notre histoire." De là, les appels sont arrivés. "Des sociétés m’ont contacté pour m’offrir du matériel. Des gens me proposaient leur aide aussi. Cependant, j’attendais qu’un architecte vienne constater la situation. Je ne pouvais rien toucher en attendant. Quelques mois plus tard, j’ai enfin pu recontacter les sociétés qui m’avaient proposé leur aide, et elles étaient toujours partantes. J’ai reçu de Bigmat Houffalize, d’Azette Groupe et Aciers Grosjean. Dans les personnes qui voulaient donner un coup de main, une seule personne est venue, M. Henri de Liège. Je les remercie vraiment."

© ORLANDINO

Grâce à l’émission et aux aides reçues, Frédéric a pu refaire son toit au mois de juillet 2019. "On sera restés un an à ciel ouvert sur une partie de notre maison." Il reste encore énormément de travaux à faire, mais Frédéric est déjà très satisfait : "Le toit est là maintenant, il faut encore y mettre un faux plafond, faire l’installation électrique, installer le chauffage, refaire le carrelage, etc." Frédéric fait tous les travaux seul à présent, bien qu’il ne s’y connaisse pas. "Je n’ai plus confiance aux entrepreneurs, ni même aux architectes." La famille essaye à présent de se reconstruire et de réaliser le reste des travaux petit à petit. "C’est grâce à l’émission de Bel RTL Tout peut arriver si nous sommes sortis des problèmes. Et bien sûr aux aides que l’on a reçues des sociétés. Je ne m’attendais pas à recevoir autant, je dirais presque que c’est un miracle. Après ce qu’on a vécu, on est bien aujourd’hui, on a une maison fermée. Si le reste des travaux prend encore un an ou deux, ce n’est pas grave. On avance de jour en jour pour vivre dans une maison correcte."

L’architecte et l’entrepreneur condamnés à rembourser la victime

Le procès À la suite de la plainte déposée par Frédéric, un procès a eu lieu qui condamne l’entrepreneur, mais également l’architecte. "L’architecte était incompétent, il a fait plusieurs erreurs. Il devait venir constater sur place lors des travaux, ce qu’il n’a pas fait. Il voulait casser le mur mitoyen avec la maison d’à côté. Il a également commandé des poutrelles de 4,5 mètres alors que ma maison ne fait que 4 mètres" , explique Frédéric. Finalement, le tribunal a condamné l’architecte à un remboursement total et à une indemnité.

Quant à l’entrepreneur, il est actuellement introuvable. Après le procès, Frédéric a découvert que son entrepreneur n’avait même pas l’accès à la profession pour réaliser ce genre de travaux. "J’ai également découvert qu’il avait déjà arnaqué d’autres gens en 2017. Je l’ai malheureusement remarqué trop tard. Quand tout sera terminé, je donnerai son nom pour que plus personne ne se fasse arnaquer mais également pour que les entreprises de matériaux soient au courant." Le jugement du premier procès a été prononcé, un autre suivra. Pour ce premier procès, l’entrepreneur a été condamné par le tribunal à rembourser l’intégralité et à une indemnité. Encore faut-il le retrouver…