Ce vendredi matin, l'imprimerie Hélio Charleroi, basée à Fleurus, a annoncé lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire sa volonté de se déclarer en aveu de faillite. Près de 200 personnes y travaillent.


Pour Marc Moreau, permanent ouvriers de la CSC-BIE, c'est la catastrophe : "la direction a annoncé qu'ils veulent aller la semaine prochaine au tribunal pour se déclarer en aveu de faillite. Un aveu de faillite, c'est catastrophique, ça signifie que le dernier mois de salaire pourrait ne pas être payé."

Seule usine d'héliogravure en Belgique (pour imprimer grandes quantités, par exemple les toutes-boîtes de supermarchés), Hélio Charleroi emploie entre 180 et 200 personnes. Le holding néerlandais Circle Media Group a lancé toute une série d'achat de nouvelles imprimeries l'année passée, un peu partout en Europe. Pour la CSC, c'est probablement une partie du problème. "Récemment, on nous a retiré des hebdomadaires pour les faire imprimer ailleurs. Pour le groupe, ça pourrait bien ne pas être la seule faillite, on sait qu'en Espagne, il y a des endroits où les salaires ne sont plus payés depuis des mois."

"L'employeur s'est courageusement enfui ce matin"

Le secteur européen de l'imprimerie est depuis plusieurs années en permanente restructuration en raison d'une baisse continue des volumes d'impression, explique Hélio dans son communiqué. "Ce recul a mené à une surcapacité structurelle et à une concurrence meurtrière sur les prix, conduisant à des réorganisations, fermetures et faillites partout en Europe." La disponibilité réduite du papier a accéléré cette spirale négative l'année dernière et entraîné une augmentation des prix. Cette hausse ne pouvait toutefois pas être répercutée sur le client, ajoute l'entreprise. "Opérant déjà dans des conditions de marché difficiles, une nouvelle réduction substantielle des volumes et une perte de commandes dans le marché de détail en 2018 ont engendré une situation intenable", poursuit la direction.

Les travailleurs, sous le choc, commencent à se rassembler devant les bâtiments d'Hélio Charleroi. "On va très probablement bloquer l'usine. L'employeur s'est courageusement enfui après son annonce, sans qu'on ait pu négocier", conclut Marc Moreau. La direction, de son côté, a signalé à Belga "comprendre l'incertitude que cette annonce suscite parmi ses employés et leurs familles".


Plus d'informations en cours de journée.