Construit entre 1971 et 1972, un pont de quelques mètres de large enjambe sur plus de 150 mètres deux rues et la A54 à Lodelinsart. Historiquement construit pour la ligne ferroviaire Lodelinsart-Jumet, il n'a en fait servi que quelques années. Les lignes de chemin de fer ont été enlevées, et depuis... rien. A un détail près: la Région wallonne vient régulièrement entretenir son pont qu'on ne retrouve même pas sur Google Maps.
© Google Maps/Google Earth

C'est le conseiller communal C+ Tanguy Luambua qui a mis le sujet sur le tapis au dernier conseil communal. Il a été prévenu par des joggeurs, qui s'interrogeaient sur cet immense ouvrage d'art inutilisé : "j'y passe pourtant presque tous les jours, et je ne l'avais jamais remarqué tellement il est gigantesque". En se rendant sur place, on s'est fait avoir aussi : haut d'une bonne dizaine de mètres au moins, il passe quasi-inaperçu si on n'y fait pas attention.

© van Kasteel

Vu du bas, on dirait un pont tout ce qu'il y a de plus classique. Du haut, par contre, la vision est bien différente : des arbres et des ronces poussent à chaque extrémité, rendant l'accès quasi-impossible. Mais si les abords sont presque impraticables, le pont lui-même a l'air plutôt en bon état. Et il semblerait, finalement, qu'avec un peu de bonne volonté et quelques arrachages de mauvaises herbes et l'un ou l'autre arbre en moins, il puisse être utilisé.

© van Kasteel

Tanguy Luambua a donc interpellé le Collège communal, parce que pour lui, "si on n'a pas la volonté de faire bouger les choses au niveau communal, ça ne bougera jamais et dans 10 ou 20 ans, ce pont sera toujours inutilisé et inutile"

C'est Xavier Desgain (Ecolo), en charge de la Mobilité, qui s'est chargé de lui répondre. "J'aime bien la réutilisation, vous le savez. Et dans le cadre du projet de "ring a vélo", on compte réutiliser ce tronçon Lodelinsart-Jumet, qui est une ancienne ligne de chemin de fer. Idéalement pour relier la gare de Lodelinsart à entreprise de tri de verre usagée de Jumet. Je peux pas encore vous donner d'échéance, parce que dans l'appel à projet "Wallonie cyclable", on a prévu la partie sud en priorité, mais dès qu'on attaquera la partie nord je pourrai vous donner des éléments et l'échéance. Sur le territoire de la ville, il y a une vingtaine de kilomètres d'anciennes voies ferrées à réutiliser pour des pistes cyclables, avec donc la possibilité de faire du dur puisqu'elles étaient prévues pour supporter des trains, tout en reliant d'anciennes zones industrielles. L'objectif à terme, pour le réseau structurant cyclable, c'est d'utiliser la majorité de ces anciennes lignes pour le vélo."

© van Kasteel