Le concept est né en 2017, lorsque Mathilde Gebka était entre une jeune étudiante en photographie à Charleroi. 
 
Lors de son travail de fin d'étude, Mathilde a travaillé sur le sujet des cicatrices. Celui-ci lui tenait vraiment à coeur. " A la fin d'un shooting photo, une femme m'a remercié en me disant que maintenant, cela sera plus facile pour elle à montrer sa différence", explique-t-elle.
  
Dans le courant de ce mois de novembre, Mathilde Gebka va collaborer avec l'ASLB Dans ma Ruche. Celle-ci lutte contre le harcèlement scolaire. Dans ce partenariat, le rôle de Mathilde sera de photographier les jeunes qui subissent le harcèlement scolaire pour leur redonner confiance en eux. "Pour moi, il n'y a pas que des cicatrices physiques. Il y en a aussi à l'intérieur de soi. Il y a milles et une sortes de cicatrices".