C’est de bon augure pour cette semaine de la mobilité : le nouveau plan de transport de la SNCB 2020-2023 qui entre en application en décembre va accroître l’offre de trains au départ et à destination de Charleroi sud. 

La CSC Transcom a pris connaissance du contenu de ce plan. Il répond à plusieurs objectifs : augmentation de la fréquence, de l’amplitude et de la fiabilité des correspondances en vue de l’amélioration de la ponctualité et de la satisfaction des clients.

« Militant depuis plusieurs années contre les diminutions répétées de l’offre ferroviaire dans nos zones rurales et avec cela la crainte de fermeture de certaines lignes, notre centrale syndicale se félicite de voir que la SNCB a pris conscience que pour une offre de mobilité efficace un maillage régional est déterminant », explique Alban Defoin, permanent régional CSC Transcom. « La politique de transport de masse de grandes gares vers d’autres grandes gares et avec celle-ci la congestion de nos centres urbains semble changer de cap : nous constatons que l’offre de train a été renforcée tôt et tard pendant la semaine au départ et vers Charleroi en direction de Mons, Erquelinnes, Couvin, Ottignies pour permettre aux travailleurs d’utiliser le train. Que l’offre du week-end a également été développée avec un train par heure notamment sur la ligne Fleurus-Ottignies. Tant pour la ligne 132 Charleroi-Couvin que pour la 130 Charleroi-Erquelinnes, les menaces de fermeture semblent s’éloigner compte tenu de l’augmentation des fréquences en début et en fin de journée. Quant au projet de liaison combiné train-bus vers le Brussels South Charleroi Airport (BSCA), il commence à se dessiner puisqu’une nouvelle relation sera créée en décembre 2022. » 

Pour la CSC Transcom, il faut à présent que l’encadrement suive. Un ajustement à la hausse du personnel s’impose. « Une meilleure mobilité ne peut pas sacrifier la balance vie privée/vie professionnelle des cheminots », selon Alban Defoin.