Plus de cinq ans après une première directive qui visait à lutter contre les marchants de sommeil en, notamment, interdisant de diviser des immeubles en appartements de moins de 60 mètres carrés, la Ville de Charleroi lance une nouvelle mouture qui viendra encore renforcer les prescrits urbanistiques : Laurence Leclercq, échevine de tutelle, parle de rendre les nouveaux logements plus "agréables et fonctionnels". Ces règles s’appliquent aux promoteurs ou propriétaires qui veulent construire plusieurs logements ou diviser un bâti existant en plusieurs habitations.

En vrac, par exemple, on voit qu’il faut désormais penser aux abords, pour verduriser Charleroi et permettre aux sols d’absorber la pluie. Chaque logement devra aussi disposer (si unifamilial) ou avoir accès (si kots) à au moins un balcon, une terrasse ou un jardin pour prendre l’air. Les studios, plus petits qu’un appartement traditionnel, ne seront plus autorisés qu’aux centres-villes quand il y a des transports en commun et des commerces à proximité. Les toitures plates devront être végétalisées ou accueillir des panneaux solaires. Il faudra penser à créer une place de parking par logement, ou un parking souterrain pour tout projet de plus de 10 logements. Il faudra aussi, en plus d’un espace de stockage extérieur (boxe ou cave) à un endroit où les habitants pourront stocker leur poussette ou vélo en sécurité et à l’abri des intempéries.

"On a par contre, dans le cadre des constructions, retiré la limite de 60m² par appartement une chambre, puisque si c’est bien pensé, on peut descendre en dessous et garder un vrai confort", détaille l’échevine. "Une attention particulière est aussi accordée aux PMR, puisqu’un logement sur 15 devra être prévu pour eux, et dans le cas d’une division d’immeuble il faudra prévoir qu’au moins un des logements soit adaptable aux PMR si un locataire en a le besoin."

Enfin, puisque Charleroi manque de grands logements, il faudra désormais créer davantage de "3 chambres" que de "une chambre". La demande est là. La porte est aussi ouverte désormais à l’habitat léger, selon le projet (tiny house, yourte, remorque aménagée, etc.). Ces règles entreront en vigueur le 1er janvier.