Suite à un appel à projets lancé par la Région wallonne, la commune et le CPAS de Courcelles recevront un montant de 15.000 euros en vue de renforcer l’accessibilité des soins vétérinaires.

L’objectif de ce projet est que les personnes plus fragilisées puissent faire ausculter et soigner leur animal de compagnie. Cela permettra de détecter si l’animal a des soucis de santé assez rapidement et limiter des frais supplémentaires si la maladie est détectée dès le départ. Cela permettra également à l’animal d’être plus serein, de profiter de sa famille adoptive et d’éviter l’abandon ou l’euthanasie précoce. 

Une aide pourra également être apportée lorsque leur animal a besoin d’une intervention d’urgence ou grave. "Tous les animaux ont le droit à des soins même si leurs propriétaires rencontrent des difficultés financières. C’est pour cette raison que nous nous réjouissons de pouvoir offrir prochainement des soins à ces animaux. Cette action vient en complément d’un autre projet mis en place, il y a déjà quelques années et qui consiste en la donation de nourriture aux familles fragilisées, en collaboration avec l’asbl sans maitre. Ce nouveau projet consiste en une synergie qui pourra se développer avec le CPAS", explique Hugues Neirynck, échevin du Bien-Etre animal. Et de la présidente du CPAS Aurore Goossens de poursuivre : "faciliter davantage l’accès aux soins vétérinaires est important. En répondant à l’appel à projets, il est évident que l’on rencontre un besoin de la population courcelloise. De plus en plus, le CPAS de Courcelles doit intervenir dans les frais de soins vétérinaires de nos amis à quatre pattes. Ces dépenses imprévues peuvent lourdement peser sur un budget mensuel, encore plus quand celui-ci est calculé au centime près. Le projet du vétérinaire social est un levier pour répondre à cette problématique et une belle collaboration avec la commune."

La réponse à l'appel à projet s'inscrit dans la volonté de la commune de Courcelles de mettre à disposition des plus fragilisés des moyens afin de veiller au bien-être des animaux. A ce titre une première initiative avait vu le jour en 2017. "En 2017, à Courcelles, nous avions déjà mis sur pied un projet de "consultation vétérinaire sociale" et ce, à la suite d’une demande d’un vétérinaire de l’entité. Il était dès lors évident pour notre Commune de répondre à cet appel à projet. En effet, posséder des animaux de compagnie nous procure une joie, un bienfait sur notre santé tant physique que mentale ; cela n’est plus à prouver scientifiquement. Mais malheureusement, il arrive que nos petits compagnons à 4 pattes rencontrent des problèmes de santé et cela a un coût! Cet appel à projet permettra de poursuivre ce que nous avions mis en place à Courcelles et permettra également d’aider les citoyens les plus fragilisés dans les frais vétérinaires," conclut la députée-bourgmestre Caroline Taquin. .