Le petit Yann, 7 mois, a perdu la vie, le 15 septembre 2019, au domicile familial au Faubourg de Bruxelles à Gosselies dans des circonstances troubles. Après plusieurs mois d’enquête, les soupçons portés sur Maude D., mère du bébé âgée de 23 ans, semblent se confirmer. D’ailleurs, ce mardi, à la suite d’une longue audition, un mandat d’arrêt a été délivré contre la principale suspecte pour infanticide.

Depuis le décès du petit Yann, la mère de famille de trois enfants a multiplié les versions. À certains proches, Maude D. a expliqué s’être endormie dans le lit-cage et s’être retrouvée sur son fils lorsqu’elle s’est réveillée. Maude D. a également invoqué une mort subite à la suite d’une erreur médicale. Elle avait d’ailleurs créé un groupe sur Facebook pour dénoncer l’erreur médicale dont son enfant, qu’elle prétendait être malade, avait été victime.

Mais depuis le début de semaine, le juge d’instruction estime avoir en sa possession une série de pièces qui contredisent la mère de famille, qui conteste avoir volontairement tué son fils.

Un dossier volumineux

Et le travail de la défense s’annonce délicat. Il faudra, d’abord, surveiller de près l’inculpée et plus particulièrement sa personnalité. Jugée schizophrène par des proches, Maude D. a exprimé des envies suicidaires à son avocat, Me Lauvaux. De l’aveu même de l’avocat, il est difficile de juger si ces propos sont sérieux ou non, mais elles témoignent de l’état d’esprit de la jeune mère de famille. Le conseil de l’inculpée devra également faire face à un dossier volumineux, comportant « deux bons cartons » avec plusieurs pièces dont certaines font tout même plusieurs dizaines de pages.

C’est d’ailleurs pour cette raison que l’avocat, qui a pénétré peu après 9h du matin dans la chambre du conseil de Charleroi ce vendredi avant de ressortir quelques minutes après, a sollicité la remise de l’audience au lundi 12 octobre, pour lui permettre d’examiner tout le dossier et de s’entretenir avec sa cliente, détenue à la prison de Berckendael à Bruxelles.