Retour à 100% de présentiel dans l’enseignement secondaire. A Charleroi, l’école hôtelière de Marcinelle a reçu la visite ce lundi de la ministre de tutelle Caroline Desir. "Une reprise d’activité qui a fait du bien au moral des élèves, certains ne s’étant plus vus depuis le 16 novembre", souligne la Première échevine Julie Patte en charge de l’Enseignement. 

La fermeture de l’horeca s’est répercutée sur les apprentissages : impossibilité - ou grande difficulté - à trouver un stage, conditions de travail complètement chamboulées, création de mini bulles au sein des classes afin de limiter les contacts. "Car bien entendu, ces études imposaient de maintenir des cours pratiques en présentiel"

Pour combattre le décrochage scolaire, la direction de l’établissement a très vite fait le choix d’organiser les cours un jour sur deux plutôt qu’une semaine sur deux. Afin de prévenir l’absentéisme, un suivi personnalisé des élèves a été mis en place. "Grâce à un financement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’équipe éducative a été renforcée, un auxiliaire covid a travaillé sur les présences à l’école", souligne Julie Patte. 

En revanche, certaines activités ont dû être suspendues comme l’accueil de visiteurs extérieurs dans le restaurant scolaire. Pour les exercices de service en salle, des élèves ont joué le rôle de clients. 

Un mot d’ordre a marqué la crise sanitaire depuis le tout début : "s’adapter." Un défi parfaitement relevé à la fois par les étudiants, les profs et le personnel d’encadrement. 

"Le retour à la collectivité est essentiel pour les jeunes", indique-t-elle. Pour eux, la fermeture du secteur horeca n’a pas entrainé de pertes massives d’élèves, mais il ne faut pas exclure l’hypothèse d’une baisse des inscriptions en septembre. 

Dans l’enseignement communal carolo, la situation sanitaire est bien maitrisée : la semaine dernière, le taux d’absentéisme pour maladie ou quarantaine était de 0,5% de la population scolaire et 0,2% des enseignants. Dans cette filière d’études, des examens pratiques sont déjà planifiés. Des jurys vont être convoqués afin d’évaluer les acquis dans les différents métiers de l’hôtellerie, en cuisine, en salle et au bar.