Nasser, le champion du monde 2009, pense à organiser un festival chez nous

CHARLEROI Imaginez des centaines de cerfs-volants s’agitant dans le ciel. Pas de ces modèles que l’on voit flotter au-dessus des plages du littoral de la mer du Nord, des cerfs-volants en trois dimensions : vaisseaux corsaires avec leurs voiles, vaches et chevaux, oiseaux fantastiques et dragons, chenilles ou pieuvres géantes gonflées d’air. Ce spectacle pourrait être celui du premier festival de la discipline en Belgique.

C’est ce dont rêve Nasser Omar pour la région de Charleroi, qu’il découvre depuis une dizaine de jours. Ce passionné de cerfs-volants y a atterri pour l’ouverture du salon des Arts ménagers, auquel il participe. Il y présente une étonnante collection de pièces fabriquées à la main, mais il y assure surtout des shows aériens qui mettent les spectateurs sous le charme.

Nasser Omar a donné à son activité les couleurs d’un rêve d’enfant et la légèreté de l’air. Originaire d’Afghanistan, qu’il fuit durant la guerre pour se réfugier en France, il n’est âgé que de six ans lorsqu’il se hisse sur le toit de la maison familiale pour faire planer des cerfs-volants. Là-bas, le loisir est un sport national. L’homme le pratiquera au plus haut niveau en devenant champion du monde de la discipline en 2009.

Faits d’un morceau de papier, de bouts de ficelle et d’un croisillon en bambou, ses cerfs-volants sont des œuvres d’art. À l’aide du fil qui les relie à la terre, ils se dirigent au doigt et à l’œil. D’un seul mouvement de la main, on les fait monter ou piquer, tourner à 360 degrés et exécuter des figures artistiques. Enduits d’une matière abrasive qui les rend coupants, leurs fils peuvent devenir des instruments de compétition. C’est au premier qui coupe le fil de l’adversaire.

Dans plusieurs pays dont la France, où il s’est installé, Nasser organise des événements : festivals, carnavals, vols de nuit, ateliers de création, stages. Il pense qu’un happening du genre aurait du potentiel à Charleroi. Il vient d’y partir en reconnaissance de sites.

À Berck-sur-mer, le festival créé en 1985 attire des centaines de milliers de visiteurs. L’idée est à creuser. On la verrait bien prendre son envol dans le ciel carolo.



© La Dernière Heure 2012