La botte du Hainaut est connue pour ne pas être la région la mieux desservie en matière d’énergie. En effet, des zones complètes se retrouvent en “zone blanche”, une zone non approvisionnée en gaz.

L’implantation de la centrale de gaz est certes une exécution d’Engie mais elle résulte de la volonté de deux acteurs locaux : la Fondation Chimay--Wartoise et l’Asbl Albatros. Cette dernière, très active dans l’accueil de personnes en situation de handicap termine la rénovation complète d’une ferme transformée en centre d’accueil et d’activités.

“Les besoins énergétiques de ce complexe sont importants mais celui-ci est situé à l’extrémité d’une commune rurale et non desservie par les infrastructures réseaux de gaz naturel. C’est pour répondre à cette difficulté qu’Engie a développé une solution inédite et globale d’autoproduction via l’implantation d’une station Gaz Naturel Liquéfié (GNL) qui dessert les bâtiments du site. Cette solution est complétée par l’installation de deux cogénérations pour la chaufferie principale”, explique Michaël Guerlus, business developer chez Engie.

L’ensemble de l’installation se compose d’une station GNL et de deux cogénérateurs. Dans la station est stocké 30 m² de méthane CH4. Il est dans un réservoir cryogénique à -162°C. En cas de besoin, le GNL est réchauffé naturellement dans des échangeurs qui amènent le gaz à une pression de quelques millibars pour alimenter le réseau de distribution de la ferme. Un des avantages est que le gaz occupe 600 fois moins de volume que le gaz naturel. L’installation ne détériore donc pas le paysage et permet de stocker de l’énergie dans peu de place.

Deux cogénérateurs transforment le gaz et le transforment en énergie capable de produire près de 200 MWh/an, l’équivalent de 70 ménages. Elles servent aussi à produire de l’eau chaude ainsi que de la chaleur.

L’ensemble de la station a représenté un coût de 550.000 euros.

À terme, la station approvisionnera en GNL les véhicules de l’institut.