Ils vont se partager un pactole de 2,3 millions d’euros.

C’est un peu comme si 2.284 locataires de la Sambrienne avaient gagné à la loterie, sauf que l’argent qu’ils vont recevoir est… le leur : ils vont se partager un pactole de 2,3 millions d’euros, dont 1,8 leur sera directement remboursé sur leurs comptes en banque, sous déduction d’arriérés locatifs et de charges pour près d’un demi million d’euros.

Dans un courrier adressé à l’ensemble des usagers de la société de logements sociaux, la direction annonce une adaptation du calcul des loyers à l’échéance du 1er mars prochain, ainsi qu’une mise à jour des comptes locatifs. Les familles qui ont payé des surloyers pour une ou plusieurs chambres excédentaires seront informés de l’état de leur situation, et donc de ce qui devra leur être restitué ou retiré de leurs dettes.

"Nous nous donnons tout le mois de février pour effectuer ces calculs", indique le président, Hicham Imane (PS). "Les remboursements interviendront ultérieurement, dans un délai qu’il nous est encore impossible de préciser. Mais la volonté est de régler rapidement le problème."

On le sait : dans un arrêt rendu fin de l’année dernière et notifié par la Société wallonne du logement voici une dizaine de jours, le Conseil d’État a déclaré illégale la perception de suppléments de loyers pour des chambres dites excédentaires.

Pour améliorer l’adéquation des logements publics au marché, le précédent gouvernement wallon avait adopté, à l’initiative du ministre de tutelle, Jean-Marc Nollet (Écolo), le principe des surloyers : demander aux locataires souhaitant conserver leurs habitations avec une, deux ou trois chambres libres, de s’acquitter de compléments allant de 25 à 150 € par mois.

Cela afin de refinancer le secteur. Jugée discriminatoire, cette politique est devenue inapplicable : non seulement, les locataires vont voir diminuer leurs loyers du montant correspondant (avec un manque à gagner mensuel de 58.380 € pour la Sambrienne), mais également récupérer le trop perçu. Montant de l’ardoise à leur rembourser : 2,304 millions pour 2013, 2014, 2015 et le premier mois de 2016. Avec un intérêt de retard estimé à 129.400 €, ce qui porte le total à 2,433 millions.

Sous déduction des arriérés locatifs et des charges qui se chiffrent à 500.000 €, c’est donc plus de 1,8 million d’euros que les bénéficiaires vont se partager : 1.936 sont toujours installés à la Sambrienne, 348 ont quitté la société, tous ont signé leur bail avant janvier 2008.

Pas question de reporter le remboursement : il s’effectuera au plus vite par versement bancaire, dans les mois à venir. Dès le 1er mars prochain, des permanences seront organisées par le service location au siège de la Sambrienne, sur le boulevard Bertrand.