À Charleroi, l’économie sociale occupe 75 % de personnel féminin.

Dans la capitale sociale de la Wallonie, le troisième secteur comme on appelle l’économie sociale est un pourvoyeur d’emploi qui compte : selon les derniers chiffres diffusés par le réseau des observatoires locaux de Charleroi (ROLC), les 367 entreprises actives dans l’entité occupaient 10.617 travailleurs en 2015, avec un taux d’emploi féminin très élevé, presque deux fois celui de l’économie traditionnelle.

Trois salariés sur quatre sont en effet des femmes. Cette proportion s’explique entre autres par l’importance des temps partiels proposés. Plus de la moitié. Dans quel état la crise du coronavirus a-t-elle laissé l’économie sociale ? C’est pour en prendre la mesure et mieux cerner les attentes que l’échevin de tutelle Xavier Desgain (Ecolo) a entrepris un tour des grands sites d’activité, ainsi que des principaux employeurs. Objectif : identifier des leviers d’action tant à l’échelle locale qu’à d’autres niveaux de pouvoir. "À Charleroi, nous avons déjà pris une série de mesures", note-t-il.

Aide communale horeca accessible aux entreprises sociales, injection annoncée de l’équivalent de quatre millions d’euros en carolors (monnaie locale) dans l’économie de proximité, appel à projets citoyens ou associatifs de transition écologique. La Wallonie a aussi son rôle à jouer. Cela passe par des évolutions des décrets de financement, à la fois du secteur de l’insertion professionnelle et de l’aide pour l’emploi. Charleroi se promet à relayer les revendications des différents opérateurs au parlement de Namur où des députés de la zone sont élus.

Autres chantiers en vue : "l’intégration de clauses sociales dans les marchés publics, ce que nous nous efforçons de faire", poursuit l’échevin, "mais aussi l’information au public. Dans ce cadre, un répertoire géolocalisé des entreprises actives est en cours d’élaboration. Pour renforcer les liens avec ces dernières, nous avons enfin prévu d’installer une commission consultative de l’économie sociale. Sa charte de fonctionnement a été adoptée en conseil communal, il faut maintenant mettre l’outil en place. Celui-ci devrait être installé en octobre."