Les violences conjugales et intrafamiliales touchent plus d’une femme sur quatre en Belgique. La crise sanitaire semble avoir augmenté le phénomène. Conséquence dramatique du confinement, les victimes se sont retrouvées isolées avec leur agresseur et très peu de moyens de prévenir leurs proches

Dès le premier confinement, un groupe de travail s’est constitué avec le secteur associatif, la police, l’Echevine de l’Egalité des chances, Françoise Daspremont et le bourgmestre. "Très tôt, nous avons été interpellés par le secteur associatif. Celui-ci nous a dit qu’il allait avoir une recrudescence des cas de violences conjugales durant le confinement", affirme Isabella Greco, secrétaire de Cabinet de l’Echevine de l’Egalité des chances.

Mais avec ce partenariat avec les pharmacies, la Ville de Charleroi va permettre aux victimes de violences conjugales d’être prises en charge tout de suite. "Les pharmacies sont des endroits où les personnes peuvent être identifiées avec une carte de mutuelle ou une carte d’identité. Donc quand une personne prononce le code "Masque 19", la pharmacie appelle directement la police qui interviendra rapidement au domicile de la victime", déclare la secrétaire de Cabinet de l’Echevine de l’Egalité des chances, Françoise Daspremont.

Cette action est vraiment un processus d’urgence. Les victimes qui entreprennent cette démarche sont dans un cas de force majeur. Ce protocole est très bien accueilli par les pharmaciens. Il a déjà aidé deux familles dans la région de Farciennes. Une initiative similaire a été lancée à Courcelles.