Même si Charleroi doit contracter des prêts pour mettre ses comptes annuels à l’équilibre, la ville est propriétaire d’un patrimoine immobilier de plusieurs centaines de millions. Dans une réponse écrite au conseiller communal DéFI Jean-Noël Gillard, l’échevin en charge des Bâtiments Xavier Desgain détaille la valeur des biens communaux. 

Au dernier exercice, elle s’élevait à un peu plus de 312 millions. 

Dans la comptabilité communale, ce montant résulte de l’addition de la valorisation financière des biens plus anciens et du coût réel des acquisitions récentes, avec l’intégration des investissements apportés pour leur transformation (rénovation, extension). Les amortissements et produits de ventes viennent aussi influencer le résultat. "La gestion des biens communaux se conforme aux modalités de la circulaire Furlan relative aux opérations immobilières des pouvoirs locaux", indique Desgain.

Sous la précédente mandature, la ville avait commencé à mettre sur le marché des propriétés dont elle n’avait plus l’usage, répondant à une obligation de son plan de gestion. La même politique se poursuit. "Il relève d'une saine et bonne gestion de ne pas conserver des biens qui ne nous servent à rien ou presque et génèrent des dépenses et charges d'entretien", pointe l’échevin. 

Xavier Desgain rappelle que "l’organisation des ventes obéit au respect du principe d’égalité entre les candidats acheteurs, que les transactions s’effectuent selon les prescrits légaux. Depuis 2019, la ville a vendu de l’immobilier pour 1,5 million d'euros. L'ensemble de ces ventes a d'ailleurs fait l'objet d'une décision du conseil communal."