Le premier témoin était la femme qui habitait le premier étage du bâtiment de la rue de la Station, dans lequel le crime a eu lieu. C'est elle qui avait fait la macabre découverte et qui avait appelé les secours.

A.R, 38 ans, avait entendu Isabelle crier dans les escaliers "il est mort, il est mort". Le témoin avait pensé que Franck Frissen avait fait une tentative de suicide. "Je suis montée, elle avait le couteau dans la main gauche et le téléphone dans la main droite. Lui était sur le sol, décédé", a raconté le témoin.

"Elle disait que c'était un homme qui était là, avant. Elle expliquait que c'était cette personne qui avait poignardé son compagnon". Toutefois, le témoin était certain qu'ils n'étaient que deux dans l'appartement. Le témoin n'avait pas entendu la porte d'entrée de l'immeuble s'ouvrir, alors qu'elle faisait du bruit, et n'avait entendu personne dans les escaliers.

Plus tôt dans la journée, Isabelle lui avait expliqué qu'elle allait déménager. Il était 19h30, soit une demi-heure avant le crime. "Elle m'a demandé le numéro de téléphone d'un certain Grégory et elle est remontée", a poursuivi le témoin qui ne se souvenaitt plus comment était vêtue l'accusée. Toutefois, elle se souvenait de son humeur. "Elle était enjouée, elle avait un discours cohérent". Le témoin ne se rappelait pas d'avoir vu des marques de coups sur le visage de l'accusée.

Le témoin n'avait pas entendu un bruit particulier ce soir-là, mais a ajouté que le couple se disputait très souvent. Il y avait des cris. Un jour, elle était montée et elle avait vu Franck qui bousculait Isabelle de manière très violente. "Il la lançait comme un sac", a dit le témoin.

Elle ignorait l'origine des disputes au sein du couple, "car Franck ne voulait plus que j'aille chez Isabelle". Elle pensait que Franck manipulait Isabelle. "Je pensais bien qu'un drame allait se passer, mais je pensais que c'était lui qui allait la tuer", a déclaré le témoin.