Au MR, on rebat les cartes présidentielles dans les instances politiques des fédérations et sections. Seul le président de parti élu depuis deux ans ne doit pas se soumettre au choix des militants. En Hainaut, Denis Ducarme est partant pour un nouveau mandat de président. Il saura d’ici quelques jours si d’autres candidats se présenteront face à lui. L’appel à candidatures sera lancé ce weekend, et c’est du 18 au 21 novembre que les membres seront appelés à exprimer leurs choix.

S’il est élu, il demandera à Jean-Luc Crucke de le seconder au titre de vice-président. "Avec lui, nous avons mis en place un véritable axe de collaboration. C’est mon premier relais au sein du gouvernement wallon." L’ancien ministre fédéral et chef de groupe MR à la Chambre ne le cache pas : la bataille des présidentielles avec Georges Louis Bouchez a laissé des traces. "Si nous avons enterré la hache de guerre, le sol est encore meuble. Ces élections vont permettre de le consolider pour reconstruire durablement."

Le nouveau leader du MR carolo veut aussi faire émerger la relève. "À 47 ans, je me dois de préparer la jeune génération. J’ai la chance de compter de belles personnalités au sein de mon parti. Je pense en particulier à mon ancienne collaboratrice devenue députée wallonne Rachel Sobry, à Adrien Dolimont qui reprendra le mayorat à Ham-sur-Heure/Nalinnes dès la fin de l’année prochaine ou encore au nouveau bourgmestre de Braine le Comte Maxime Daye qui a succédé à Jean-Jacques Flahaut. Le Hainaut se partage en quatre sous-régions : la Wallonie picarde, Charleroi-Thuin, Mons-Borinage et le Centre. Il est important que chaque bassin de vie puisse être représenté."