La semaine dernière, la police locale de Charleroi a mené une opération dans les centres commerciaux Ville 2 et Rive Gauche, au centre-ville, autour du respect des mesures sanitaires fédérales, notamment sur le principe de "faire ses courses seul".

17 policiers y ont participé, mercredi de 10 à 18 heures: membres du PSO (peloton de sécurisation et ordre public), brigade canine et agents de proximité du district Charleroi centre. "Les effectifs ont effectué des patrouilles visibles à des fins de dissuasion. Ils étaient prêts à fournir un appui aux agents de gardiennage des centres commerciaux, qui ont parfois du mal à faire le tri. Plusieurs commerçants nous ont par exemple rapporté s'être fait injurier quand ils rappellent les mesures à leurs clients", note David Quinaux, porte-parole de la police locale. 

Ils ont fait cesser plusieurs infractions. "Pour huit groupes, particulièrement de mauvaise foi, il a fallu verbaliser. C'est donc une transaction immédiate de 250 euros par personne. Quand un policier patrouille en uniforme, on voit rapidement les groupes se séparer, c'est donc qu'ils sont conscients qu'ils n'ont pas le droit. Mais dans certains cas, comme ici, il y a des récalcitrants", explique-t-il. 

© David Quinaux - copyright: van Kasteel

Deux commerçants ont également été verbalisés. "Dans le premier cas, douze personnes se trouvaient à l'intérieur alors que le commerce n'était pas assez grand, cette enseigne avait déjà reçu plusieurs avertissements, cette fois elle a été verbalisée. L'autre estimait que ce n'était pas à elle de contrôler les mesures Covid, ce qui signifie que sans l'intervention de la police, rien ni personne ne faisait appliquer les mesures, c'est assez incroyable."

Une arrestation administrative, pour ivresse publique, a aussi eu lieu. Ce genre d'action sera répétée au cours des semaines et mois à venir, promet la police de Charleroi, "et pas uniquement dans les grands centres commerciaux"

David Quinaux est également policier de référence Discriminations et délits de haine. Et il avait une réflexion personnelle intéressante, qui en dit long sur la situation de l'égalité femme-homme dans notre société: "c'est assez incroyable le nombre d'hommes qui ne laissent manifestement pas leur femme faire les courses seules. Plusieurs cas ont été rapportés. Il y a donc des hommes prêts à risquer 500 euros d'amende juste pour affirmer leur domination sur madame, en ne les laissant pas seules même quand les mesures fédérales l'interdisent. C'est assez inquiétant, je trouve, on retrouve cette domination masculine même au travers d'opérations policières comme celles-ci", nous confie-t-il. Un constat qu'on ne peut malheureusement que faire également, et donc partager.