Le barreau de Charleroi a été la cible d'une cyberattaque malveillante: depuis ce lundi, près de 12.000 dossiers sont verrouillés par des pirates informatiques, une attaque de type "ransomware" LockBit 2.0. C'est-à-dire que les systèmes informatiques ont été infiltrés, chiffrés par des pirates informatiques pour en empêcher l'accès, et qu'une rançon est demandée pour libérer les dossiers, sous menace de rendre leur contenu public. Une méthode née il y a deux ans, menée par des organisations criminelles bien organisées, et qui s'est répandue comme une traînée de poudre dans le milieu.

C'est La Nouvelle Gazette qui détaille l'information déjà repérée par le site spécialisé Zataz.com. La Bâtonnière du barreau, Nathalie Monforti, la confirme: "une employée du barreau s'est soudain rendu compte, le 4 octobre, qu'elle ne pouvait plus accéder à son ordinateur. Les signes d'une attaque étaient bien présents." 

La menace a été prise très au sérieux par le barreau: "immédiatement, une équipe d'informaticiens spécialisés est intervenue et a pris la main pour stopper l'attaque et analyser nos systèmes. On ne pense pas que des données personnelles aient été compromises, parce que des mesures préventives avaient été mises en place justement pour éviter ce type de scénario. Mais en attendant, nos systèmes informatiques sont paralysés, ce qui nous empêche par exemple de désigner des Bureaux d'Aide Juridique (BAJ, les avocats pro-deo, NdlR)", ajoute Nathalie Monforti, qui a l'impression "d'être dans un mauvais film". Les spécialistes sont sur le pied de guerre et font le nécessaire en ce moment, mais le stress est bien présent du côté du barreau.

Il convient de préciser que ce type d'attaque n'est pas la preuve d'une sécurité insuffisante ou d'amateurisme. Tout système informatique est faillible: pour toute mesure de sécurité imaginable, une faille sera découverte. La cybersécurité est un milieu en perpétuel évolution, et les hackers - "white hats" (pour la sécurité) comme "black hats" (qui préparent des attaques) - sont pris dans un perpétuel jeu du chat et de la souris, l'un essayant d'être toujours plus malin que l'autre.