En attendant d'être représenté dès ce lundi par un avocat, le Collectif Horeca Carolo annonce qu'il renonce, pour l'instant, à poursuivre l'Etat par le biais d'un recours en Première Instance et au Conseil d'Etat.

Le groupe, qui rassemble quelque 200 restaurateurs et cafetiers, estime "qu'il n'y a pas de base pour demander la fermeture des établissements Horeca. Ils n'ont pas voulu nous donner les documents nous expliquant les raisons. A ce jour, rien ne dit que nous sommes un facteur de contamination. Ils nous ont fait effectué des tracings et sur les 200 membres personnes n'a été contacté ni contrôlé", nous explique un des membres. Il y a quelques semaines, les secteurs de l'Horeca berlinois et toulousain avaient eu gain de cause et avaient pu rouvrir.

Si le Collectif Horeca Carolo a également suspendu ses actions c'est aussi par solidarité envers tous ceux qui seront ou sont déjà impactés financièrement et moralement. Un communiqué ajoute d'autres précisions quant aux intentions du Collectifs : "aujourd’hui, conscients de la recrudescence fulgurante de la pandémie et de l'imminence annoncée d'un risque potentiel de saturation du secteur hospitalier, mais aussi au regard des nouvelles mesures qui viennent d'être prises à l'encontre d'autres secteurs pour endiguer cette situation, ils ont décidé de renoncer à poursuivre momentanément leurs actions en justice, tout en restant profondément convaincus de l'injustice des mesures de fermetures prises uniquement à l'égard de leur secteur le 16 octobre dernier."

Le Collectif réfléchit également à de nouvelles actions non judiciaires cette fois.