Ce mardi, à 11 heures, le collège communal de Charleroi et une bonne partie des journalistes de la région, tous médias confondus, s'étaient donnés rendez-vous à la Maison de la Presse de Charleroi, pour les vœux à la presse.


Un bout de cérémonie informelle qui a mêlé humour et gravité : on y est revenu sur le décès de Jean-Yves Wargnies, qui a marqué toute la région, et sur le combat de nombreuses femmes pour la libération de la parole et la fin des violences sexuelles. Sur les jeunes qui sortaient dans les rues pour le climat. Sur le départ d'anciens confrères, qui ont quitté le milieu de la presse. Mais il a été question aussi du renouveau carolo, autant dans la brique que dans le moral, avec les grands travaux de la ville basse et de la ville haute, et dans l'esprit des Carolos, toujours aussi fiers - si pas de plus en plus - de leur ville et de leurs origines. Question aussi des journalistes qui rapportent, chaque jour, des informations et mises en contexte qui permettent d'expliquer l'actualité au public. On nous a notamment souhaité "des bons titres et des bonnes infos".

L'exercice des vœux à la presse est devenu une tradition, quand politiques et journalistes mettent leurs éventuels différents de côté pour se souhaiter une bonne année. Chacun conscient qu'ils ne sont ni amis, ni ennemis, mais que tous ont un rôle à jouer pour la société. Les uns en prenant des décisions politiques, bonnes ou mauvaises. Les autres en commentant parfois ces décisions et en les expliquant toujours factuellement au public, les bonnes comme les mauvaises. Et chacun faisant, en théorie en tout cas, du mieux qu'il peut au quotidien.