C'est le 20 avril dernier que les policiers carolos ont remarqué le manège suspect de Reda et d'Ibrahim. Les deux hommes se trouvaient non loin de la station de métro Waterloo, endroit bien connu du centre-ville de Charleroi pour être fréquenté par des toxicomanes et des dealers à la recherche de clients. Et d'après les observations policières, Reda et Ibrahim avaient un comportement de dealers en effectuant beaucoup d'aller-retour et en faisant beaucoup de rencontres.

Les agents ont découvert, sur Reda, de la marijuana dans la poche de son pantalon ainsi qu'une chaussette de bébé contenant des boulettes d'héroïne. Ibrahim avait sur lui uniquement de la marijuana.

Détenu à la prison de Jamioulx, Reda est seul à faire face à la justice ce jeudi après-midi. Défaut a donc été requis contre Ibrahim. Le premier prévenu est en aveu d'une activité de vente de cocaïne, d'héroïne et de cannabis. Une peine de 18 mois de prison a été requise contre Reda, mais aussi contre Ibrahim. Me Glorieux, intervenant à la défense de Reda pour Me Poisson, plaide un sursis probatoire en soutenant que son client est loin d'être un grand dealer. « Il n'y a qu'un seul jour d'activité reproché à mon client. Il était en Belgique que depuis quelques mois et il a choisi la solution la plus facile pour gagner de l'argent. »

Jugement fin juin.