Plus que l’augmentation du nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration (NdlR : le chiffre a connu une hausse de 18% en trois ans, soit +1435 unités), c’est l’explosion et la superposition des problématiques qui inquiète le CPAS de Charleroi. "Nos assistants sociaux ne sont plus seulement confrontés à des pauvres", confie le président de l’institution Philippe Van Cauwenberghe. "Ils sont devant des personnes sans logement, sans emploi, avec des problèmes de santé ou de santé mentale, des problèmes familiaux, de justice, de parentalité, etc. Ce qui génère une charge de travail et de stress considérable pour notre personnel de première ligne." 

Comme le souligne la conseillère Latifa Gahouchi (PS) dans le dernier bulletin des questions écrites du conseil communal, des études font état d’un afflux massif de nouveaux publics vers les CPAS, notamment des indépendants touchés par la crise sanitaire. Pour aider les antennes sociales à renforcer leurs effectifs, le gouvernement wallon a octroyé une ligne budgétaire de 20 millions d’euros dont 3,868 pour l’institution de Charleroi. Cette dernière dispose d’un délai de deux ans, jusqu’à la fin 2023, pour utiliser ces moyens. Des recrutements sont déjà intervenus, selon le président. 

Le CPAS carolo a en effet engagé 24 travailleurs supplémentaires grâce aux aides covid libérées à l’initiative de la Wallonie pour absorber la montée en puissance des demandes. Cette deuxième vague de subsides permettra non seulement de pérenniser ces emplois, mais aussi d’engager quatorze autres équivalents temps plein pour renforcer l’accueil et la prise en charge des bénéficiaires. "Au quotidien, nos agents remplissent leurs missions dans des conditions difficiles", pointe Van Cau. "Ils sont en effet les victimes de poussées de violence ou d’agressivité quand il y a des décisions de refus, ou des retards.Même si nos services mettent le paquet pour instruire les dossiers au plus vite, il y a des délais de traitement, et des procédures à respecter." 

Pour mieux identifier les profils difficiles et les accompagner de manière adéquate, le CPAS de Charleroi va recruter des éducateurs. Les assistants sociaux seront également épaulés par des renforts d’auxiliaires administratifs.