Le comité fédéral du PS de Charleroi a entendu ce samedi son informateur Jean-Claude Van Cauwenberghe, chargé de faire rapport sur la situation politique à Farciennes. On le sait : les statuts de la fédé socialiste interdisent le cumul de mandats dans un parlement et un exécutif communal, une mesure que le parti n’applique nulle part ailleurs.

A Farciennes, Hugues Bayet est bourgmestre et député à la Chambre. Il est ainsi tenu de lâcher l’une de ses fonctions. S’il a manifesté son souhait de rester député quand les instances de la fédé lui ont imposé de faire un choix, il n’a pas renoncé au mayorat. Et c’est bien là le problème : alors que son score aux élections locales de 2018 le place nettement au-dessus de la mêlée, aucun élu de son groupe ne se sent légitimé à prendre sa succession. C’est donc le blocage. Un blocage absolu, comme vient de le confirmer Van Cau senior au terme de sa mission. 

C’est en octobre dernier qu’il avait été désigné pour déminer le terrain et prendre la température. La troisième vague de la pandémie ne lui a pas permis d’avancer aussi vite que le PS le souhaitait : de ses entretiens avec l’ensemble des mandataires farciennois, il ressort que Bayet doit poursuivre son travail. Le comité fédéral a pris acte de cet état de fait. Il a renouvelé sa confiance au collège communal à l’unanimité, moins une abstention. En janvier dernier, l’informateur de la fédé PS nous avait confié son souhait de voir rouvrir le débat sur le cumul de mandats au sein de l’arrondissement. Rappelons que lors d’un congrès en 2018, les militants socialistes carolos s’étaient très largement prononcés en faveur du décumul, à 92,5%.

Les instances dirigeantes du PS de Charleroi estiment que le moment n’est pas venu de réexaminer le positionnement politique en interne. Il y a une pandémie et une sortie de confinement à gérer. Le débat sur le décumul devra encore attendre.