Après une suspension de 2 ans, le cœur de Marchienne va à nouveau battre la chamade au rythme d'expos, de conférences, de promenades et autres actions mettant le passé industriel en avant. Ce mois de mai, le festival reprend pleinement ses droits du 6 au 21 mai avec des moments d’échanges participatifs, festifs, culturels, gustatifs, informatifs et de réflexion sur notre avenir et celui de Marchienne en particulier.

Au lendemain de la crise sanitaire, un thème s'est imposé tout naturellement : "Mai demain?". En effet, cette période difficile nous à fait réfléchir à notre relation aux autres, à notre rôle dans la société et à la place de la culture et de l’art dans notre monde, indispensables vecteurs d’expression, d’émotion et de prise de conscience.

La 7è édition propose du 6 au 21 mai un programme varié et accessible gratuitement.

L'ouverture officielle se fera le 6 mai avec une inauguration fera dans un des hauts lieux culturels de Charleroi "Le Rockerill" avec au programme de nombreuses activités : Discours officiels, 3 expositions différentes et un spectacle participatif : Adagio per un nuovo millennio mettant en scène des citoyens et des professionnels de Charleroi danse.

Les temps forts de ce festival seront relayés jusqu'au 21 mai sur Radio Mai'tallurgie. Elle sera présente à tous les grands événements de cette 7ème édition et 24h/24 via le site du festival : http://maitallurgie.be/2022/tag/radio .

Toute la durée du festival se déroulera l'exposition « Marchienne, passé, présent et futur ». Interroger les Marchiennois sur l’évolution de leur quartier et collecter leurs témoignages, c’est ce qu’ont fait le Gsara et l'Espace citoyen Porte Ouest. Avec pour résultat une exposition proposant des photos, des vidéos, des interviews mais aussi des œuvres réalisées par le groupe Upcycling de L’Espace Citoyen.

Des collaboration sont aussi mises en avant dans le cadre du projet "Hors des rails". Le Festival MAI’tallurgie, avec la direction Charleroi du TEC, invitent le public pour raconter l’histoire de Marchienne en suivant la ligne du Métro et plus particulièrement les stations Moulin, De Cartier et Providence. Chaque station évoque un volet de la vie et du travail dans le quartier (Moulin, Chaland, mine, ateliers et usines métallurgiques, etc.) A partir de contes, légendes et fabliaux, nous proposons de courtes saynètes sur les métiers traditionnels de Wallonie. Des métiers disparus, en difficultés ou qui s’envisagent autrement pour l’avenir. La forme de théâtre de rue permet de développer un travail sur de courts récits, sans prétention symbolique, qui racontent avec humour noir les épisodes sur les difficultés de la vie quotidienne à travers les siècles.

Les détails pratiques du festival sont disponibles sur https://maitallurgie.be/