La cour d'assises du Hainaut poursuit lundi l'audition des témoins dans le cadre du procès d'Anthony Maitrot et de Youry Fleron, accusés d'un vol avec meurtre commis en octobre 2017 à Charleroi. Anthony est en aveux d'avoir étranglé et porté des coups de couteau à Christiane Thys, 65 ans, dans son appartement. Le fils de la victime a témoigné devant la cour.

Lundi, la cour a notamment auditionné le fils de la victime, premier suspect dans cette affaire en raison de la relation tumultueuse qu'il entretenait avec sa mère. Cette dernière avait d'ailleurs déposé une plainte contre lui. Mais le jeune homme a rapidement été blanchi, après avoir fait l'objet de nombreux devoirs d'enquête. 

Le jeune homme se sentait étouffé par sa mère. Il avoue lui avoir porté des coups mais sans vouloir lui faire de mal, durant leur vie commune. Malgré leurs mauvaises relations, il se souvient "qu'elle avait le cœur sur la main"

"Pourquoi voler et tuer une femme qui vivait avec 50 euros par semaine, qui ne possédait ni argent ni bijoux?", demande-t-il aux meurtriers présumés. 

Anthony, en aveux, se pose la question depuis deux ans. Son frère, qui conteste avoir commandité le vol, regrette de ne pas l'avoir dénoncé plus tôt. 

Christiane Thys était une femme simple, décrite comme un peu folle en raison de ses problèmes psychologiques. Elle ne faisait de mal à personne, elle vivait chichement. Néanmoins, certains de ses voisins aimaient l'ennuyer en lui jetant notamment de la farine et des œufs sur la tête ou en balançant des bombes à eau dans sa cour. 

La fille aînée de la victime n'est pas venue témoigner devant la cour, se sentant également trop mal pour être confrontés à ceux qui sont accusés d'avoir tué sa mère pour faciliter un vol.