Les trois syndicats qui représentent les services publics de Charleroi, la CGSP, la CSC et le SLFP, ont envoyé un préavis de grève. A partir du 18 novembre, des actions seront menées, pouvant déboucher sur des grèves tournantes dans l'administration.

"Nous avons attiré l'attention du collège communal à de multiples reprises sur les difficultés récurrentes rencontrées par les travailleurs de votre administration", écrivent-ils dans un courrier à la ville. "Le manque de bras au quotidien, le manque de communication, le manque de présence de responsables aux côtés des agents, le manque de suivis sur les demandes des travailleurs, le manque de reconnaissance dans le travail rendu au quotidien, un manque criant de management de la part des lignes hiérarchiques supérieures, des notes de services incompréhensibles et très mal diffusées, etc."

Des actions ont déjà été menées début de semaine au COB, à Nature en ville (Ransart) et au service Propreté. Mais personne n'est venu à la rencontre des travailleurs mécontents. "Ces exemples illustrent, s'il le fallait, le manque de respect et d'attention de certains supérieurs envers les travailleurs", ajoute le front commun. 

"Les délégués syndicaux avaient déjà fait des propositions (pour améliorer la situation, NdlR) qui sont malheureusement restées dans les tiroirs de votre administration. Ce n'est que la pointe de l'iceberg, car tous les services souffrent et, si vous ne prenez pas la mesure de leurs difficultés, ils vont vous le faire savoir."

Le front commun syndical invite la ville et l'administration à utiliser le temps, d'ici au 18 novembre, pour "privilégier le dialogue social". "On vous invite à presser le bouton STOP et à traiter en profondeur dossier par dossier pour se sortir de ce tourbillon négatif. Nous vous invitons à proposer une méthodologie de travail qui nous permettrait de rencontrer les demandes simples mais indispensables des agents."