Nicolas L. était tombé sous le charme de Melissa, 14 ans, sur un site de rencontre pour ado. Ce vendredi, il a obtenu un sursis probatoire de 5 ans.


Il a 35 ans, vit en France en compagnie de sa femme et ses trois enfants. Elle a 14 ans, vit dans la région de Charleroi et suit ses études.

Nicolas avait la connaissance de Melissa (prénom d’emprunt) sur un site de rencontre pour ado de 13 à 25 ans après avoir créé un faux-profil. Rapidement, les deux personnes se parlaient fréquemment et Nicolas tombait amoureux. Malgré la distance qui les séparait, l’homme se rendait à quelques reprises devant l’école de Melissa pour l’apercevoir. Mais il voulait à tout prix la rencontrer.

Le 19 janvier 2017, quelques mois après la rencontre sur le site, Nicolas décidait d’aller chercher la mineure à l’école. En voiture, ils se rendaient à Lille, visitant la ville avant de s’arrêter sur un parking souterrain. Sur la banquette arrière, les deux personnes s’embrassaient. Nicolas déshabillait Melissa et la caressait, mais la jeune fille stoppait les ardeurs de Nicolas et souhaitait rentrer chez elle.

Quelques jours plus tard, Nicolas, sans nouvelles de Melissa, déposait des lettres à son domicile et placardait des affiches sur son trajet de bus, affichant un cœur avec le numéro 22, date de leur rencontre.

Le père de Melissa tombait nez à nez avec Nicolas, lors de dépôt d’une lettre. Le paternel apprenait la relation amoureuse de sa jeune fille et y mettait fin.

Le ministère public avait requis une peine de 37 mois de prison, sans s’opposer à un sursis probatoire vu l’absence d’antécédent judiciaire du prévenu.

La défense plaidait un acquittement pour le harcèlement et un sursis probatoire pour l’attentat à la pudeur. Nicolas a finalement écopé de 3 ans de prison avec un sursis probatoire de 5 ans.