Destruction massive d’emplois, déficit de contacts sociaux, perte de pouvoir d’achat, changement d’organisation de travail : le confinement a profondément impacté nos vies. Avec quelles conséquences ?

C’est l’objet d’une enquête que le Mouvement ouvrier chrétien (MOC) entend mener à grande échelle auprès des citoyens, pour identifier leur ressenti mais aussi les leçons qu’ils ont tirées de la crise. "Cette enquête portera sur tout le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles", indique la secrétaire fédérale du MOC Charleroi-Thuin Adeline Baudson. "Dans notre zone, nous avons prévu de constituer jusqu’à deux groupes de réflexion composés d’une dizaine de participants. Cette enquête s’effectuera a priori avec nos publics mais pourra associer des personnes ressources extérieures."

Par ailleurs, la rentrée politique et sociale du mouvement est placée sous le signe d’une double campagne : la première en vue du renforcement de la Sécurité sociale qui a permis de limiter les dégâts des crises sanitaire et sociale. "C’est la Sécu qui nous a sauvés. Peut-être le moment est-il venu de la réformer pour l’adapter à de nouveaux défis, au travers notamment de l’individualisation des droits", dit-elle.

La seconde campagne portera sur la lutte contre le racisme structurel, un racisme larvé qui ne dit pas son nom et encourage les discriminations.

La crise a aussi apporté du positif : "Notre combat pour la reconnaissance des sans-papiers a débouché sur le dépôt de deux projets de loi en vue d’une régularisation", pointe Adeline Baudson.

Si les activités liées aux collectifs n’ont pas encore repris leurs cours, mesures de distanciation obligent, la régionale du MOC a redémarré son cycle de petits-déjeuners politiques. Tous les quinze jours, un mandataire d’un des trois parties de l’Olivier (PS, CDH ou Ecolo) est invité à venir débattre d’une thématique avec les leaders et militants actifs des organisations constituantes du mouvement (CSC, Mutualités chrétiennes, Vie féminine, Équipes populaires et Jeunes organisés combatifs). "Cela permet de nourrir à la fois notre réflexion et nos actions."