Vu l’état de décomposition du corps, il est encore impossible de déterminer l’origine du décès.

Le corps en décomposition d’un homme décédé depuis plusieurs jours, voire semaines, a été découvert samedi en début d’après-midi dans une habitation rue de Rocroi à Baileux (Chimay). Après vérifications, il s’est avéré qu’il s’agissait de Guy Dardenne, né en 1952.

Ce nom nous replonge tout droit dans les années 1990, dans la sordide affaire Dutroux. Guy Dardenne était le père de Sabine Dardenne (illustration), enlevée le 28 mai 1996 par Marc Dutroux sur le chemin de son école à Kain (Tournai). Pendant 80 jours, Marc Dutroux a détenu la jeune fille de 12 ans enfermée dans sa cave à Marcinelle avant qu’elle ne retrouve la liberté le 15 août 1996 au grand soulagement de ses proches et amis.

Quelques semaines plus tard, Guy Dardenne avait souligné le travail effectué par les parents de Julie et Mélissa, également victimes de Dutroux, lors d’une interview. " Je pense que nous devons beaucoup au travail de sape que les parents de Julie et de Mélissa ont mené durant plus d’un an. Une heure et demie après la découverte de la disparition de Sabine, deux gendarmes se présentaient chez nous. C’est grâce aux Russo et aux Lejeune que l’enquête a produit si vite ses fruits. "

Guy Dardenne n’avait emménagé dans le village de Baileux que depuis quelques années. Sur place, nombreux sont ceux qui n’ont jamais croisé le regard du père de Sabine Dardenne. "C’était quelqu’un de discret, qui menait paisiblement sa vie loin des tracas et des ennuis", confirment des riverains. À l’heure actuelle, le parquet de Charleroi signale qu’il est impossible de déterminer les circonstances du drame. Aucune trace d’effraction n’a été découverte au domicile de Guy Dardenne. La thèse criminelle est provisoirement écartée.

L’examen externe du corps effectué ce dimanche matin n’a rien révélé de suspect. "Mais vu l’état de décomposition du corps, il est encore impossible de déterminer l’origine du décès." Le parquet de Charleroi confirme que des analyses toxicologiques doivent encore être réalisées, ce qui pourrait aider à en savoir davantage sur le décès.

Le sexagénaire n’avait plus le moindre contact avec sa fille depuis plus de quinze ans. Dès l’annonce du décès, Sabine Dardenne s’est dite "très remuée" par les événements, a précisé Me Jean-Philippe Rivière, son avocat.