Mathieu, né en février 2017, est ce que l’on peut appeler un petit miraculé. Le petit garçon doit avoir plusieurs anges gardiens au-dessus de lui et qui veille sans cesse sur lui. Sinon, comment expliquer que le petit garçon a, par deux fois, échappé à la mort à cause de la négligence de ses parents.

Marc et Cindy, originaires de Manage, sont poursuivis devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour coups involontaires et négligences. Ingrid et Henri, la maman et le frère de Marc sont également assis sur le banc des prévenus à côté des parents de Mathieu et suspectés d’avoir commis des coups involontaires sur le petit garçon.

Quatre accidents en l’espace de quelques mois

Pour le parquet, il est évident que les parents ont fait preuve d’une absence totale de surveillance pour expliquer les quatre accidents domestiques dont a été victime Mathieu. Le premier acte survient le 24 mai 2018 lorsque le petit a 15 mois. Ce dernier a reçu une porte en pleine figure lors d’une dispute entre ses parents. "Il était au mauvais endroit au mauvais moment", résume Sandrine Vairon, procureur de division de Charleroi.

Ce genre d’accidents peut arriver partout. Mais en juillet 2018, nouvelle admission aux urgences pour Mathieu. Cette fois-ci, il se coince le doigt à une porte à cause de la petite sœur de Cindy, 9 ans. "Il a suivi ma sœur qui allait à la toilette. On a crié pour la prévenir de ne pas fermer la porte, mais il était trop tard", explique la mère de Mathieu.

Les deux derniers accidents auraient pu avoir des conséquences beaucoup plus dramatiques. Durant l’été 2018, le petit est sauvé de la noyade par Ingrid, sa grand-mère, alors qu’il vient de chuter dans son étang. Le 26 octobre 2018, à 20 mois, Mathieu est brûlé au second degré sur 16% de son corps (principalement les bras, le torse et le cou) lorsqu’il chute dans une casserole d’eau bouillante posée sur le sol de la cuisine par sa grand-mère. "Je n’avais plus de place sur la gazinière. J’ai dû chauffer de l’eau pour faire la vaisselle et j’ai posé la casserole au sol, par manque de place. Le petit a ensuite déboulé et est tombé dedans", relate Ingrid. "C’est beaucoup pour un petit bout d’à peine 20 mois", signale le ministère public.

Ce soir-là, les quatre prévenus sont présents dans la cuisine. Marc boit des bières avec son frère. Cindy, elle, est occupée à dessiner pendant que sa belle-mère effectue des tâches ménagères. Pour la procureure de division, personne n’a fait preuve de prévoyance avec la casserole au sol et pour les autres accidents domestiques. Le ministère public souhaite sanctionner les parents, expliquant qu’il s’agit plutôt de "carences au niveau de l’éducation" que d’actes de maltraitance.

Depuis lors, les parents semblent avoir fourni des efforts. La famille est suivie par le SAJ (service d’aide à la jeunesse) pour combler les manquements pour l’éducation de Mathieu. Ce dernier est médicalement suivi tous les jours pour ses brûlures, qui resteront éternellement visibles. Jugement le 5 janvier 2021.

*Les prénoms ont été modifiés pour préserver l'identité des personnes impliquées dans le dossier.