Triste spectacle vendredi dernier, au centre-ville de Charleroi : les passants et observateurs sont partagés entre la désillusion et le dépit. "Quelle tristesse", nous lance un passant. "Ça fait combien de temps qu’elle est là, la statue ?" s’enquiert un couple. "Si ça n’avait pas été ça, ça aurait été des tags…" désespère un troisième interlocuteur.

La statue à taille humaine de Gaston Lagaffe, à côté de sa Fiat, qui regarde incrédule un panneau d’interdiction de stationner, a été installée il y a une semaine à peine. Et il manque déjà le phare avant gauche.

Vandalisme, accident ou mauvaise fixation ? Officiellement, on ne s’avance pas. Mais évidemment, la dégradation volontaire est sur toutes les bouches : Spip, l’écureuil de Spirou, sur l’esplanade de la gare du Sud, avait été décapité deux jours après son installation. Pire: ce week-end, les deux phares ont disparu... et personne ne sait où ils sont.

© van Kasteel

Heureusement, ça ne devrait pas rester en l’état : la Ville de Charleroi et Dupuis nous indiquent "mettre tout en œuvre pour intervenir rapidement et faire une réparation". Autre bonne nouvelle : le phare manquant a été retrouvé. Il gisait à côté de la Fiat de Gaston, sur le sol, jeudi dernier. C’est une patrouille de la police locale de Charleroi qui l’a ramassé pour le mettre en lieu sûr, en attendant de pouvoir le remettre à qui de droit.

Gaston, "mal garé comme un vrai Carolo" comme le soulignait Paul Magnette lors de l’inauguration, devrait donc retrouver son intégrité.