A Gosselies, les riverains de la rue Tout Vent sont excédés. Leur colère a été relayée par le conseiller communal Maxime Felon en séance publique. Insécurité routière liée aux vitesses de circulation excessives, suppression du stationnement d’un côté de la voirie afin d’en porter la largeur à 4 mètres pour le passage des véhicules incendie, présence de nids de poule, trottoirs détériorés, sentiment de ne pas être entendus par l’autorité politique… Les habitants ont travaillé à l’élaboration d’une proposition de remodeling. 

Pour l’échevin Xavier Desgain en charge de la Mobilité, il faut aborder la problématique à l’échelle de Gosselies. C’est précisément l’objectif du plan de Mobilité dont le marché d’exécution devrait être attribué en septembre, avec l’espoir de pouvoir entamer la consultation des acteurs concernés avant la fin de l’année. Le réaménagement de la rue s’intègre dans un ensemble, il est soumis à des obligations : le respect des normes imposées par les pompiers en fait logiquement partie. 

Pour sa part, l’échevin de la Voirie Eric Goffart s’est engagé à regarder si la rénovation de la rue Tout Vent pouvait entrer dans le programme annuel. 

Un nouveau plan de mobilité et de stationnement doit être mis en place à Gosselies, deuxième pôle scolaire de l’entité de Charleroi avec la présence d’un hôpital. Son élaboration repose sur une série de données : "c’est un peu comme un jeu de mikado", explique Xavier Desgain. Dès que l’on touche à un élément cela a des répercussions sur un autre. Changement de la réglementation de stationnement, mise à sens unique d’une route, installation d’une interdiction. "Il faut donc prendre le temps de concerter le projet et de le laisser mûrir pour opérer les choix les plus judicieux." À suivre.