Pour la première fois cet hiver, le CPAS de Charleroi a dû ouvrir son abri de nuit de crise. "Sept lits y sont disponibles quand les autres infrastructures d’hébergement d’urgence affichent complet", rappelle le président du CPAS Philippe Van Cauwenberghe. Cette extension s’inscrit dans le cadre du plan Grand Froid qui complète le dispositif hivernal activé du 1er novembre jusqu’au 31 mars, une mesure entrée en vigueur pour quinze jours depuis ce dimanche. Au total, 74 places sont disponibles. En cas de saturation, l’institution dispose d’une réserve dans les locaux de son accueil de soirée. "Il peut en outre être fait appel à des partenaires extérieurs pour loger des personnes qui seraient sans solution", poursuit le président. Le mot d’ordre est de ne jamais laisser quiconque sur le carreau.

À l’accueil de soirée, les personnes à la rue ont la possibilité d’aller se réchauffer entre 16 et 20 heures, dans l’attente de l’ouverture des abris. Le service a vu sa capacité progresser à la hausse depuis l’offensive du front froid ce week-end.

Parce que des citoyens font le choix de se tenir en retrait du réseau d’urgence sociale, des équipes vont à leur rencontre chaque jour dans les lieux et squats qu’ils fréquentent. En journée, trois lieux d’accueil sont mobilisés pour les SDF : au salon communal de Marchienne où l’ASBL Comme Chez Nous a transféré provisoirement son centre le Rebond, avec distribution de sandwichs à midi ; au Triangle à Marcinelle pour les familles ou femmes avec enfants et au siège de Diapason en centre-ville pour les usagers de drogues.

Le service d’urgence sociale (violences conjugales, expulsions, etc.) est accessible 24 heures sur 24 au 071/32.12.12. Le CPAS dispose enfin de maisons individuelles pour l’accueil en quarantaine de patients positifs au Covid ou symptomatiques.