Le 26 décembre 2017, la sœur de la victime a signalé la disparition de son frère à la police locale de Charleroi . Ahmed Yahiaoui n'avait plus donné signe de vie depuis la veille. Cette femme a signalé que son frère était en litige avec son ex-épouse et ses enfants au sujet de la vente de la maison familiale.

L'ex-épouse et le fils, Marwan Yahiaoui, ont été privés de liberté le jour-même en raison de leurs versions divergentes des faits. Le fils, qui prétendait ne plus avoir vu son père depuis des mois, est passé aux aveux le 29 décembre. Il avait bien rencontré son père le 23 et ils se sont battus. Le fils a étranglé le père et il s'est débarrassé du corps la nuit du 25 au 26 décembre 2017.

Le corps a été retrouvé le 29 décembre enfoui à trente centimètres de profondeur dans un bois. Le fils s'était débarrassé de ses vêtements et de ceux de son père, enterré vêtu d'un slip et de chaussettes.

L'enquête a révélé que le fils souhaitait que la maison familiale revienne à sa mère, alors que son père comptait la vendre.

L'accusé est défendu par Me Ricardo Bruno et Me Régis Brocca du barreau de Charleroi. Son procès est prévu pour une semaine. Les soeurs et la mère de l'accusé sont représentées par Me Laura Danneau, Me Arnaud Lebas, Me Nabil Khoulalène et Me Michaël Dontangelo. Le procès est présidé par Martine Baes. Damien Vervaeren, subsitut du procureur du roi de Charleroi, représente l'accusation.