Après le réseau hospitalier HUMani Charleroi Thiérache dans le secteur public, ce sont les hôpitaux privés de Charleroi Métropole qui viennent de formaliser leur alliance : les directions du Grand Hôpital de Charleroi (GHdC) et de la Clinique Notre Dame de Grâce (CNDG) à Gosselies ont signé la semaine dernière les statuts du Réseau Hospitalier de Charleroi Métropole (RHCM), donnant existence juridique à la structure appelée à renforcer leurs synergies. 

Un accord de principe était intervenu dès janvier 2020, il avait fait l’objet du dépôt d’un dossier auprès des autorités fédérales compétentes de la Santé, conformément aux dispositions mises en place par l’ancienne ministre Open VLD de la Santé Maggie De Block. C’est après leur tentative avortée de rapprochement que les hôpitaux publics et privés avaient décidé de mettre en place des réseaux parallèles. 

Au sein du RHCM, la priorité est d’élaborer un projet médical commun. "Dans ce cadre, nous avons commencé à renforcer les collaborations inter-hospitalières", expliquent les partenaires dans un communiqué. Pour l’administratrice déléguée de la CNDG Sylvie Brichard et le directeur général du GHdC Gauthier Saelens, cette volonté d’évoluer ensemble était une évidence : "nos institutions partagent en effet le même ADN. Avec les équipes, nous voulons consolider les grands pôles d’expertise à commencer par le traitement des cancers. Les médecins hématologues et oncologues des deux hôpitaux travaillent déjà ensemble à améliorer les approches diagnostiques et thérapeutiques, au profit de 60% des patients identifiés porteurs de cancer dans le bassin de Charleroi Métropole. Nous allons étendre cette logique à d’autres spécialités, comme la chirurgie cardiovasculaire et thoracique." 

Autre priorité : l’intégration des systèmes informatiques afin de faciliter le partage et l’échange de données. 

Pour rappel, les deux institutions hospitalières occupent près de 5000 salaries et 860 prestataires indépendants.