Charleroi La salle de basket historique des Spirou s’ouvre au marché événementiel.

Ne dites plus "RTL Spiroudôme", dites "Le Dôme". La salle ultra connue des Spirou Charleroi (basket) change de nom et revoit son image. Objectif : se faire une place sur le marché des salles événementielles. Entretien avec Eric Schonbrodt, le directeur général.

Vous avez l’ambition de devenir le Forest National carolo ?

"Pas tout à fait, on vise plus large que les spectacles. Le Dôme doit être l’endroit incontournable pour organiser ses events, que ce soit du Mars&Vénus, du Kid Noize, mais aussi la présentation de la nouvelle Peugeot, des assemblées générales, des rencontres business privées… pour tous les types de public. Dany Boon par exemple, ça a fait venir beaucoup de Français. L’avantage qu’on a à Charleroi, c’est qu’on est très accessibles, par exemple avec l’immense parking qui étonne toujours les Bruxellois qui viennent chez nous."

Le nom RTL disparaît des murs et du logo, que faut-il y voir ?

"RTL est un partenaire historique, et il le reste plus que jamais : il nous accompagne, en fait, dans ce projet de rebranding et d’extension de nos activités. Sa visibilité sera toujours maximale, même intensifiée en réalité, mais ça ne sera plus sur les murs, non."

Quel est l’objectif de ce changement ?

"C’est plutôt une évolution naturelle. Il y a 4 ou 5 ans, nous étions 100 % basket. Puis on a accueilli quelques spectacles, nos partenaires B2B, etc. Il fallait clarifier les choses, et faire passer le message : on n’est pas que le club Spirou Basket, on est aussi une énorme salle de la taille d’un Forest National, d’un Wex ou d’un Country Hall."

C’est un moyen de faire rentrer de l’argent dans les caisses.

"Exactement. L’investisseur Jean Gabriel, qui a racheté il y a quelque temps, reste passionné de basket. En réalité, tout ce projet, c’est pour nourrir notre activité basket. Si l’on veut dégager un bénéfice, surtout avec le modèle économique du basket et surtout en Belgique, il faut se montrer créatifs. Et faire venir des entreprises, organiser leurs événements ici, tout en montrant au public qu’on est un lieu à garder en tête, c’est un de ces moyens. On a investi pour pouvoir transformer le terrain en grande Black Box, modulable, qui peut accueillir aussi bien 300 personnes que 6 000, sans sièges vides. Notre objectif, c’est de proposer 10 à 15 dates par an, un agenda solide. Et oui, on peut imaginer un jour un Sardou ici, mais on ne se limite pas à ça. Par exemple, le crossfit, la journée Dog Agility ou le salon du drone, ça parle à des clients et à un public à chaque fois différent."