Le Forem a dressé mercredi le bilan de la situation socio-économique en Hainaut-Sud, un bassin de vie composé de 27 communes sur trois morceaux d'arrondissement, de Charleroi, Thuin et Philippeville. De 2007 à 2012, le taux d'emploi y est resté relativement stable, passant de 51,4% à 52,2%, principalement via les titres-services et les plus de 55 ans. Plus de 40.000 résidents du Hainaut-Sud exercent leur profession ailleurs, dont 11.000 à Bruxelles. En sens inverse, un emploi sur trois est occupé par des navetteurs venus du Centre, du Namurois et de France.

Le Forem relève encore que depuis le début de la crise économique, le nombre de demandeurs d'emplois a diminué de 2,2% alors qu'au niveau wallon, il s'est accru de 3,7%. En Hainaut-Sud, on dénombre 45.699 demandeurs d'emplois, soit un taux de 20,4%, alors que le taux wallon est de 16,3%. Le chômage concerne particulièrement les moins de 25 ans et les plus de 50 ans, soit 22% pour chacune de ces catégories. Il touche des demandeurs disposant souvent d'un faible taux de qualification: 55% d'entre eux sont tout au plus diplômés du secondaire du 2e degré.

Le Forem va apporter un soutien particulier aux opérations de stage de transition pour les jeunes: 150 stages ont été conclus depuis le début de cette année. Un autre axe sera celui de l'intérim, avec la création d'un salon, en collaboration avec les agences d'intérim.