La crise sanitaire a fait de nombreuses victimes. Mais elle a également d’énormes conséquences sur une population démunie qui est fragilisée par la pandémie.

L’espace citoyen de Gosselies est composé de huit travailleurs sociaux communautaires dont la mission est de resocialiser des publics un peu plus fragilisés en amont de l’emploi. Ils retissent des liens sociaux entre les personnes. Ils mettent également en place des projets de cohésion sociale dans un quartier. "En temps de crise, nous avons dû nous adapter aux consignes sanitaires, qu’elles soient fédérales, locales ou, voire institutionnelles. Nous avons fait preuve de créativité et d’adaptabilité quotidienne", explique Eliane Beguin, la responsable de l’espace citoyen de Gosselies.

Les travailleurs sociaux de cette structure a également aidé des personnes fragilisées financièrement a constitué un dossier administratif pour qu’elles puissent faire une demande auprès de l’antenne sociale de manière à bénéficier d’un ordinateur ou d’une tablette. "Ce que veut faire le travailleur social communautaire dans sa mission est de permettre à chacun de retrouver une place d’acteur dans sa vie et dans son milieu de vie. Dans nos actions, nous renforçons la confiance en soi, l’expression de soi et aussi pleins d’autres compétences qui vont faire que les gens vont être plus autonome dans la société. A partir de ce moment-là, les personnes peuvent prendre une place partout." , ajoute la responsable de l’espace citoyen de Gosselies.

Pour le côté associatif, le métier de travailleur social a aussi pris tout son sens durant la crise. "Le travail social est un "job" de contact. Dans ce domaine, le touché peut rétablir une relation. Mais dans ce contexte, c’est compliqué, car la proximité physique n’est plus possible"  déclare Sophie Crapez, la directrice de l’ASBL Comme Chez Nous. Ces agents sociaux voient beaucoup de détresse, ils essayent d’apporter des solutions à ces personnes qui peuvent parfois avoir des pensées suicidaires dans des cas extrêmes. "Nous travaillons en partenariat avec des psychologues qui vont écouter ces gens en difficulté, mais aussi les travailleurs sociaux"  poursuit-elle.

En cette période de crise sanitaire, le travailleur social doit faire encore plus preuve d’empathie, de créativité, d'humilité, mais également d’agilité pour exercer un métier qui vient en aide aux personnes fragilisées.