Charleroi

Le procureur du Roi de Charleroi a reçu les victimes belges afin de leur expliquer la suite de la procédure.

Ce lundi après-midi, Vincent Fiasse, procureur du Roi de Charleroi a annoncé la clôture du dossier d’instruction et se dessaisir officiellement de l'affaire pour laisser place aux autorités judiciaires françaises.

Dino Scala, alias le violeur de la Sambre, est suspecté d’avoir commis des dizaines de viols en France mais également en Belgique entre 1988 et 2018. Les autorités judiciaires belges avaient été avisées de 8 faits commis entre 2004 et 2018, principalement du côté d’Erquelinnes et sur des mineures d’âges. En mars 2018, l’enquête prenait un tournant décisif avec l’interpellation du suspect. L’homme reconnaissait plusieurs agressions sexuelles. Le violeur de la Sambre agissait quasiment toujours de la même manière : il s’attaquait à ses victimes très tôt le matin, les approchant dans le dos avant de les étrangler avec son avant-bras en les menaçant également pour les effrayer, brandissant parfois un couteau. Le père de famille opérait toujours dans les communes situées à proximité de son domicile à Pont-sur-Sambre, principalement en hiver puisque le jour se lève plus tardivement.

La procédure expliquée aux victimes

Ce lundi, Vincent Fiasse a reçu les victimes belges afin de leur expliquer la suite de la procédure. L'instruction par la juge d'instruction Michel est officiellement terminée. Une ordonnance de dessaisissement a été rendue le 11 juin dernier par la chambre du conseil. Dorénavant, c'est le magistrat instructeur de Valenciennes qui reprend l'enquête, confirme Jean-Philippe Vicentini, le procureur de la République de Valenciennes, également présent spécialement à l'occasion de la conférence de presse. Le procureur français a confirmé que l'instruction du côté de la France "avançait à un rythme soutenu". Dino Scala est incarcéré depuis plus d'un an dans le cadre de ce dossier.