Vendredi, le gouvernement fédéral a pris la décision de mettre à l’arrêt le secteur de l’horeca pour une période d’un mois à partir du 19 octobre, dans le but de limiter la propagation du virus. Le même jour, un grand nom de la restauration de Charleroi fêtait ses 48 ans. Un anniversaire gâché par la décision gouvernementale. "Il n’y a rien à faire à part subir. C’est triste parce que par rapport à Rive Gauche, notre restaurant est sûr. Nous avons pris toutes les mesures de sécurité pour empêcher la transmission du COVID-19", explique Abdellah Labed, le patron de l’Oasis.

Cette fermeture est un nouveau coup dur pour ce secteur qui souffre énormément des conséquences de la crise sanitaire. "La clientèle commençait à revenir. Ici nous faisons marche arrière", enrichit le patron de l’établissement.

Heureusement, que d’un autre côté, l’Oasis peut compter sur son service de livraison et d’emporter. Celui-ci existe d’ailleurs depuis 22 ans. Le restaurant était l’un des premiers à l’avoir mis en place à Charleroi. "Nos clients sont habitués à notre service de livraison. Certains d’entre eux ne sont pas encore revenus au restaurant, il continue à utiliser le service de livraison ou à emporter durant la crise du COVID", ajoute-t-il.

Grâce à ce dernier, le restaurant réussit à ne pas reporter certains frais comme celui de la TVA ou d'autres lois sociales. De plus, il a permis aussi d'écouler leurs produits frais et donc de ne pas commettre de perte à ce niveau-là.