Le patron de Pairi Daiza, ex-CEO de l’aéroport de Charleroi, transmet ses expériences dans un livre.


"Grandir et faire grandir", c’est un peu le portrait d’un type bien à qui il arrive des trucs bien. Dans ce livre, Jean-Jacques Cloquet livre les secrets de son management si particulier, le ROC – return on consideration - comme il l’appelle, qui se base sur une gestion saine des relations humaines dans les entreprises pour atteindre des objectifs économiques : bien payer ses employés, connaître chaque métier de sa boîte, jouer cartes sur table, accepter la critique, générer l’enthousiasme, … autant d’éléments qui ont permis à l’ex "big boss" de l’aéroport de Charleroi de faire de BSCA un fleuron, où les grèves n’existent pas et l’absentéisme est descendu en flèche.

Le livre est signé par le journaliste Didier Albin (qui travaille aussi à la DH, NdlR). Avec une écriture intimiste et fluide – ça se lit comme un roman - il raconte aussi des moments de vie et d’histoire. L’évolution d’un joueur de foot qui suit des études d’ingénieur du temps où les footballeurs étaient des hommes, pas des divinités intouchables. D’un père de famille viré sans explications, qui fait des petits boulots pour survivre. D’un consultant qui devient dirigeant du plus grand aéroport de Wallonie avant de changer de carrière pour aller aider à développer Pairi Daiza. C’est un retour aussi, sur des grands moments de Charleroi : les ennuis financiers du Sporting, le crash d’un avion de tourisme qui transportait une famille, l’éruption d’un volcan irlandais qui cloue les avions au sol, l’impact des attentats de Zaventem sur BSCA et les transformations antiterroristes de l’aéroport... des moments vécus de l’intérieur par Jean-Jacques Cloquet, l’homme aux milles carrières.

A la lecture, vous aurez peut-être envie de devenir ami avec lui, ou de travailler avec lui. C’est la grande force du personnage, se faire des amis partout où il va. Employés, fournisseurs, syndicalistes, chefs d’entreprises, journalistes, hommes politiques, peu importe : les gens l’intéressent, et ce n’est pas une façade. A la lecture, vous aurez peut-être aussi envie d’appliquer ses conseils de management "de bon sens" comme il le dit lui-même. C’est un peu l’objet du bouquin : "Quand on a bientôt 60 ans, notre rôle c’est la transmission, partager modestement nos expériences, nos échecs. On dit aux enfants de regarder à gauche et à droite avant de traverser, il y a la même chose pour les futurs managers."

Côté management, justement, "Grandir et faire Grandir" n’est pas avare de conseils : le ROC, c’est investir dans ses équipes pour qu’elles soient motivées. Pour construire une entreprise où chacun participe à son succès. Le "je" est banni du vocabulaire de Cloquet, le manager est un chef d’orchestre qui s’assure que tout le monde est au bon endroit, veut bien faire, et n’a pas de difficultés artificielles à surmonter. Et ça, il y arrive en s’entourant de gens qui savent mieux que lui pour se préparer aux changements économiques, en déléguant au maximum l’exécution des tâches pour donner à tout le monde l’opportunité de prouver ce qu’il vaut. Il propose des idées, mais écoute également celles qui lui remontent, et il accepte la critique quand elle est constructive. Et surtout, il sait admettre ses torts. Il valorise aussi les efforts du personnel, en accordant des primes à tout le monde, et pas qu’aux chefs. Il est proche d’eux, sur le terrain même quand ce n’est pas nécessaire, et n’hésite jamais à remercier. Il joue toujours cartes sur table quand il faut justifier une décision, expliquer une difficulté, ou même virer quelqu’un. "C’est un peu comme un jardin, il faut semer des graines de confiance dans ses équipes, l’entretenir quotidiennement, et alors la récolte est bonne. Peu importe l’entreprise, c’est un travail d’équipe. Et quand tu arrives à mettre ces éléments en place, tu grandis et tu fais grandir."

Le bouquin se lit en quatre heures, et ça serait dommage de passer à côté. Et une partie des bénéfices du livre ira à la Fondation Pairi Daiza et à la Fondation Papillon, qui accueille les enfants abandonnés.

Jean-Jacques Cloquet – Grandir et faire grandir, par Didier Albin chez Kennes Editions, 176 p., 19,90€