• Rue Tumelaire (Charleroi) : exit les pavés devant le palais de justice, c’est le chaînon manquant d’un grand axe de l’hôtel de ville à Montignies-sur-Sambre.
  • Place Mayence (Jumet) : les rues autour ont déjà été rénovées, la place est dégradée, et dangereuse en l’état.
  • Allée verte (Jumet) : construite par les sociétés de logement mais jamais cédée à la Ville, cette allée est un cas particulier : l’emprise appartient toujours à la Sambrienne, mais c’est un lieu de passage, avec des bus.
  • Place Mattéoti (Jumet) : la catastrophe, avec des trous partout. Le chantier va commencer : les panneaux "travaux" ont déjà été installés.
  • Faubourg de Charleroi (Gosselies) : avec ses deux crèches, sa maison de repos et sa grande école, c’est un gros point noir en termes de mobilité et de sécurité routière. L’ouverture du chantier a pris pas mal de retard, mais ça y est, ça va être lancé. Le phasage se fera en fonction des périodes scolaires.
  • Rues du Polonais et Nazarin (Gilly) : deux rues en pavés, qui restaient à rénover, près du lycée François de Sales et d’une petite école.
  • Rue des Cerisiers (Mont-sur-Marchienne) : la route, déjà commencée il y a quelques années, sera refaite sur sa 2e moitié.
  • Rue Wattelar (Jumet) : reliée au rond-point du Mamelouk, la rue fait partie du réseau structurant de Charleroi. De nombreuses voitures y passent, des institutions s’y trouvent, et c’est là que passe la Marche de la Madeleine.
  • Rue de Nimal (Marchienne-au-Pont) : cette rue du centre-ville, très fréquentée notamment parce qu’elle permet de dégorger les grands axes, devait être rénovée.