Le duel entre l’Olympic et Châtelet a déjà commencé… dans les médias.

Tout ce que compte le beau pays de Charleroi se donnera rendez-vous samedi à La Neuville pour suivre le derby entre le leader olympien et son dauphin châtelettain. Ce match pourrait être celui du sacre pour la troupe de Tibor Balog, en quête d’un seul petit point mais Châtelet est orgueilleux et ambitieux et ne compte pas lâcher l’affaire. Ça, c’est pour le purement sportif.

En coulisses par contre, le climat s’est déjà pas mal échauffé. La semaine dernière, des informations concernant des retards de payement côté Olympic étaient largement commentées sur les réseaux sociaux. Les supporters carolos fustigeaient allégrement les articles de presse. Des informations concernant des soucis passagers de trésorerie publiées confirmées par la sortie du président Sahin.

Durant le week-end Pascal, c’est l’autre camp qui s’animait. En cause l’annonce de l’arrivée de 4 ou 5 joueurs pour le prochain exercice. Cette fois, on versait même dans l’invective, l’attaque personnelle, voire la menace à l’adresse de ceux qui avaient eu l’outrecuidance de relayer les contacts et accords de principe pris avec les Lorenzon, Terwagne, Steens et autre Lambert.

"J’ai quand même bien le droit de parler avec qui je veux. Jusqu’ici, un seul contrat est signé, celui de Julien Charlier", fulminait un Fred Stilmant qui implicitement reconnaissait ainsi avoir bien pris langue avec les précités. Pour Medhi Khchab, lui aussi annoncé, on laissera, beau joueur, au mentor des Verts le bénéfice du doute : "C’est du n’importe quoi ! Je n’ai jamais rencontré ce joueur."

La presse a-t-elle remis de l’huile sur le feu malgré l’impression de juste faire son travail ? Que chacun reprenne son calme, maîtrise ses nerfs et fasse du match de samedi soir la grande fête du foot.